Leçon 1, Chapitre 1
En cours

Mission n°10

Que penses-tu de la théorie sur les cultures « pêches » et « noix de coco » ?

Écris ta réponse dans les commentaires.

  • Je me rappelle de rencontre la famille de mon ex en France. Tous pensaient que j’étais une pêche extrême ! (Je suis du Texas). Donc, il y a un peu de vérité dans la théorie, bien sûr. Mais je crois que cela a plus de sens au niveau individuel parce que mon mari (américain) est une noix de coco.

  • Je crois que la théorie a une certaine vérité, mais la réalité est plus complexe. Par exemple, il y a une grande différence entre les gens des villes et les gens de la campagne. Et puis il y a la différence entre la culture du nord et la culture du sud qui existe dans presque tous les pays.

  • Je crois qui est una comparaison drôle mais vraie aussi. La culture nous affecte pour devenir la persone que on est maintenant, mais je crois qu’à la fin de la journée, chaque persone est different avec des personalités et aussi pour l’éducation qu’ils on acquis á la maison

  • Je pense que cette théorie est très intéressante et valide pour beaucoup de cultures, mais pour quelques pays, comme l’Arménie, c’est difficile à catégoriser. Notre culture a des caractéristiques des «pêches» et «noix de coco» en même temps. En plus, ça dépend des personnes.

  • Je suis d’acord avec cette idée, elle explique bien le difference general entre cultures comme americaine, francais ou russe, par example. Mais en meme temps, il exist nombreuses caractéristiques personelles qui définissent l’individu.

  • Moi, je pense que les Americains sont les pêches stéréotypées mais j’ai recontré principalement ceux qui voyagent à l’étranger. Les emericains qui ne quittent jamais leur pays sont plus conservateurs. Sans aucun doute, les Brittaniques sont des noixs-de coco. 

  • La premier fois que j’ai visité Paris, je pensais la même chose des française, car tout le monde dit qu’ils ne sont pas polis, mais à mon avis ils ne sont pas été comme ça, au contraire a chaque fois que je posais un question a quelqu’un dans la rue, il prenais le temp pour me répondre ou pour m’aider a trouver ce que je cherchais.

  • D’une part j’aime l’idée qu’une culture est une pêche ou un noix de coco mais d’autre part je pense que c’est trop simple. Même si on viens d’une culture ‘pêche’ on pourrait devenir ‘noix de coco’ si on rencontre un autre qu’on n’aime pas.

    Aussi, le mot ‘pêche’ signifie quelque chose plus sympa que ‘le noix de coco’ et bien sur, ce n’est pas la vérité quand nous décrivons les personnes – ou gentil !

  • Je pense, qu’il y a rarement des personnages de pêche ou de noix de coco. C’est toujours un mélange des deux. Mais pour approcher quelqu’un, il est utile de se demander s’il s’agit plutôt d’un personnage de pêche ou de noix de coco.

  • Je crois qu’il existe des tendances culturelles, mais toutes les conversations doivent être abordées comme un événement individuel. Je viens des États-Unis et je suis un peu extraverti. J’ai trouvé que les Français me traitaient très amicalement et de la même manière que je les traitais.

  • L’analogie d’une pêche et d’une noix de coco est très douce et quelque peu utile. Le monde pourrait être meilleur si nous apprenons à être plus sensibles aux besoins de chacun et à nous taire si cela est préférable. Je travaillerai plus dur pour être plus sensible à la théorie.

  • Je crois que les français sont des noix de coco. Avant je suis arrivée en france, il m’est semble que les français ils sont très arrogants, après je vis en france plus de deux ans, je trouve ils sont très adorables et sympathique.

    Une fois, j’étudiais le français dans le tramway et un mec a toqué à la fenêtre et m’a fait un signe comme “courge”.  😆 

  • Je crois que c’est vrai. Je viens de Roumanie et la bas on ne parle pas très légèrement aux étrangers, particulièrement sur des sujets très personnels. Mais quand j’ai déménagé aux États Unis j’étais surpris à voir des étrangers en me souriant et parfois en me disant bonjour même qu’ils ne me connaissaient pas. C’est facile à avoir une conversation légère mais c’est n’est pas très facile à continuer après ça.

  • Les noms pour les differentes types sont nouveaux pour moi. Mais la descriptions ne sont pas.  Les deux descriptions s’appliquent non seulement aux différentes cultures, mais en général à tous les gens. Ces différences existent aussi dans la famille. Le père est plus comme ça, la mère est différente. Nous avons des différents frères et sœurs. On a aussi des noix de coco ou des pêches comme amis. Ça va bien ensemble. Il suffit d’accepter l’autre tel qu’il est.

  • Votre explication m’a fait sourire car j’ai deux histoires personnelles sur la culture française. Premièrement, mes beaux-parents boivent leur café dans de grands bols. Quand ils sont venus nous voir, je leur ai acheté deux bols spécialement pour boire du café, et toutes les pâtisseries sont allées dans les bols. Deuxièmement, j’adore regarder des vidéos de rugby, et il y a une vidéo de Sebastian Chabal où un journaliste demande, en anglais, “Puis-je vous poser une question en anglais ?” Il répond, en anglais, « Non, nous sommes en France, nous parlons français ». C’est un géant, donc personne ne va discuter avec lui.

  • Je pense que la théorie a raison. Mais, en realité, ce n’est pas une dichotomie; au contraire, c’est un continuum. Par example, la culture française ce n’est pas la culture plus froid de la monde, mais c’est plus proche a l’extreme froid que l’extreme chaud. Tous les cultures de la monde sont un melange de les deux types de charactéristiques sociales.

    • Je pense que cette théorie n’est pas une théorie de culture mais une théorie de personnalité. Je suis anglaise. Les anglaises ont la réputation d’être réservées, les noix de coco! Mais c’est un paradox parce que beaucoup d’anglais et anglaises ont amicales avec les étrangers. Ils sont les extravertis. Ça dépend à personnalité pas à culture je crois.
  • Je pense que cette théorie est plus pertinente pour les individus que leur culture. Il y a de nombreuses différences entre les personnes en raison de leurs expériences de vie. Bien sûr, les personnes issues d’un milieu similaire ont tendance à être similaires elles-mêmes.

  • Je pense qu’il y a une graine de vérité dans la théorie mais, à mon avis, toujours les généralisations sont trop faciles. Aussi, il y a des questions d’environnement (rurale ou urbain), les générations (jeunes ou plus agés), la culture du travail (professionnel ou pas), etc.
    Peut être, aussi, on doit considerer l’image troublante Africaine d’un “noix de coco” pour une personne qui cache un centre blanc.

  • Je crois à cette théorie. Le milieu dans lequel on grandit et vit a une grande influence sur les croyances, l’attitude et comportement d’une personne. Les ancêtres d’une personne ont une influence encore plus forte. Mes ancêtres étaient britanniques mais ont quitté l’île il y a plusieurs générations. Malgré cela, mon cercle social et moi, aimons boire du thé, avoir un sens d’humour empreint d’autodérision et maîtrisons nos émotions. Nous sommes aussi les noix de coco.
    Plus tard j’ai émigré. Les anglophones que j’ai rencontré ne me comprenaient pas du tout, sauf s’ils avaient aussi des ancêtres britanniques. Ils boivent rarement du thé, n’ont aucun sens d’humour et semblent se vanter beaucoup. Après vingt ans, je comprends que ces choses ne sont pas importantes.

  • Je pense que la théorie est en grande partie correcte. Mais je pense qu’il y a un autre aspect intéressant à ce sujet. Quand on vit dans une grande ville touristique comme Paris, il y a toujours beacoup de touristes et en plus la vie est plus rapide là. Il peut être fatigant d’être constamment interrogé par des touristes et on devient un peu froid vers les étrangers. Quand on est soi-même le toruiste, c’est plus facile d’être en bonne humeur parce qu’on est en vacances et on a le temps.

  • Je trouve le théorie pêche/noix de coco intéressant et qu’il contient une part de vérité, mais je pense que c’est mieux d’éviter de faire des suppositions sur une nationalité avant d’avoir fait la connaissance d’un individu. Comme l’ont dit d’autres, il y a beaucoup d’influences sur le comportement d’un individu.

  • Je suis d’accord avec la théorie. Personnellement, La théorie des cultures
    “pêche” et “noix de coco” s’accorde bien avec ma expérience, même qu’en fait, il y a toujours des cas individuels qui sont différents et opposés au genre de leurs cultures de son pays.

  • Je pense que c’est une bonne approximation de la réalité. Je viens de Russie et au premier c’était un peu bizarre pour mois quand tous le monde me demandais “ça va” comme un salutation. En Russie c’est un question assez rare et si quelqu’un le pose c’est probablement ton proche ami qui vraiment s’intéresse au réponse. Aussi la tradition des bisou comme la salutation était très surprenante pour mois 🙂 Je pense qu’il y a beaucoup de variété entre les “pêches” et les “noix de coco” et que les français sont beaucoup plus proche à “pêches” que les russes.

  • J’aime beaucoup cette métaphore parce que je suis americaine mais j’habite à Prague depuis 4 ans et on peut dire que les tchèques sont noix de coco. C’est comme l’histoire du prof russe… c’est pas typique qu’ils partagent des infos personelles au début mais si tu “casse la noix,” tu auras un ami pour toute la vie. Un autre exemple de cette différence culturelle c’est que les tchèques ne disent presque jamais “comment vas-tu?” Donc j’arrive au travail le matin, je dis bonjour. Mes collègues me disent bonjour… et puis j’attend toujours la deuxième question qui n’arrive jamais.

  • J’ai grandi en Angleterre mais j’habite à Hong Kong depuis trente ans. Aujourd’hui je suis en Californie pour skier. Je pense que le théorie est une bonne guide. Si je rencontre un anglais j’attends qu’il parlera à propos le météo et peut-être le football. Pas plus. D’autre part si je rencontre un californien il va demander: comment allez-vous? et il terminera la conversation par bonne journée (have a nice day). Je pense que l’anglais et le californien peuvent être des noix de coco.

  • À mon avis, la théorie n’explique pas pourquoi des personnes refusent d’utiliser anglais avec les étrangers même s’ils savent parler la langue. Les étrangers deviennent victimes sous la culture anti-américaine. Le meilleur moyen d’être contre la culture américaine, c’est de ne plus manger Macdo au lieu d’être impoli envers les étrangers.

  • On parle des Israeliens commes des sabres, c’est à dire des figues des Barbaries, durs et  épineux à l’extérieur, mais doux et sucrés à l’intérieur. Oui, je crois que c’est un bonne théorie, bien que je dirais que les français sont des noix de coco à coquille molle.

  • Peches ou noix de coco? Je pense qu’il y a les deux dans la plupart des cultures. Cependant, en France, je comprends que vous ne raconteriez pas votre vie à un parfait inconnu, car il ne voudrait certainement pas vous raconter la sienne. Mais une fois qu’ils ont appris à vous connaître, ils sont heureux de partager !

  • Je pense que la théorie a une part de verité, mais comme l’a dit Hugo, le caractère d’une personne est influencée fortement par sa personnalité individuelle. Alors c’est difficile de classer toutes les personnes d’une culture ou d’un pays en “pêches” ou en “noix de coco.” Cependant, je pense que même si c’est difficile, les cultures font pencher la balance vers un genre ou l’autre, surtout lorsqu’il n’y a que deux choix 😉

  • J’aime bien cette théorie. Je connais beaucoup de brésiliens et je suis d’accord avec leur classification comme pêche. Je dirais le même à propos des italiens. Je connais pas bien aucun russe, mais j’ai cette idée qu’ils sont froids, donc noix de coco. Comme vous savez, peut-être, Lisbonne est pleine de français e j’habite au quartier du Lycée Français. Alors je trouve tout le temps des français. Il y a tous les genres. Les plus agés sont beaucoup plus sympa. La jeunesse d’aujourd’hui, moi je ne les comprends pas.

  • Je pense que le pèche/noix de coco théorie c’est très utile. Je suis grandie aux États-Unis et j’habite depuis vingt ans en Suisse – certainement un culture noix de coco.  C’est choquant d’aller de la culture pèche à la culture noix de coco sans une compréhension de cette différence.  Je trouve quand les gens ont habité dans les deux cultures, ils ont adapté un bien mélange de les deux. Je pense un avantage de venir d’une culture pèche c’est on devient un bon causeur…simplement plus de temps passé à la conversation avec les inconnus. Une expérience souvent observée c’est quand qu’elle qu’an de Suisse a, par exemple, une mission d’expatrié (trois ans) aux États-Unis, ils passent un bon moment – rencontrer beaucoup de gens, être invité à de nombreux événements, etc. Les quelles des États-Unis qui a une mission similaire en Suisse retourné à la maison avant les Suisses sont prêt pour t’inviter à un café.
     
    Je dois rire quand je pense que les français sont définitive noix de coco mais ils ont une bonne phrase: ‘J’ai la pèche’ !😊

  • J’ai beaucoup d’expériences avec d’autres Américains qui correspondent à l’image d’une pêche. Nous nous sommes recontrés à un congrès et il me semblait que j’ai trouvé un nouveau ami charmant. Malheureusement après le congrès les autres ont refusé de maintenir contact. Ca est arrivé plusieurs fois.

  • Moi, je pense que c’est vrai. Personnelement je me sens plus a’laise avec les noix de coco. J’ai l’impression que les pêches sont pas fiables. Mais d’autre coté c’est aussi agreable de simplement sourire á un inconnu.

  • Personnellement, je suis comme une noix de coco , mais si je rencontre une pêche je me transforme aussi en pêche. En Italie il y à une différence entre là population qui vive au sud, notamment type pêche en comparaison avec ceux qui sont au nord, plutôt noix de coco. Mais aussi au nord il y à des diversités antre les villes. Les Venetians et les citoyens de Boulogne sont plus extravertis que les résidents de Milan ou Turin. C’est une question de culture et de traditions. Moi, mon père est né au sud, ma mère au nord, c’est pour ça que je suis moitié intro- et moitié extraverti.

  • La théorie explique bien les éléments culturels pour rencontrer quelqu’un dans les pays différents. Ça dépend toujours sur l’inconnu, mais faut faire attention à la culture native. Je suis d’accord. Y a pas seulement une culture globale.

  • Je pense que c’est une théorie géniale. Normalement c’est un défi pour nous de décrire comment nous sommes s’il n’y a pas de référence. D’ailleurs, la plupart des gens sont visuelles et ils sont capable de mieux comprendre les choses compliquées s’il y a une image. Personnellement je trouve qu’utiliser les symboles des fruits pour faire remarquer des différentes attitudes des gens, c’est assez bizarre que tout le monde fasse attention et pourtant c’est si simple que chacun comprenne. Bien sûr on ne peut pas généraliser mais c’est un fait que notre éducation joue un rôle important selon notre comportement quand on rencontre quelqu’un pour la première fois.

  • Bonjour! Je pense que la théorie sur le cultures est vrai. Je me souviens de le temps que j’ai déménagé de la ville de Curitiba pour São Paulo il y a cinq ans, et la différence entre le personnes de les deux villes est exactemant comment c’est décrit dans le video. Les habitants de Curitiba, a village que se situé dans la région sur du Brésil, sont comme la noix de coco, ils sont trés firmes, et sont froids aux prémier contact, au contraire, les citoyens de São Paulo sont comme les pêches, ils sourient tout les jours et sont trés amicable, alors le ‘paulistas’, comme s’appelent eux, ne sont pas facile a fair des profondes l’amitiés.

    • Je viens de São Paulo et vous avez raison… mais je suis introverti comme la noix de coco. Ma femme vient de Londrina, près de Curitiba, mais ils ressemblent plus aux paulistas qu’aux curitibanos.
      On habite aux états-unis et les américains sont très polis, ils adorent faire du “small talk”.

      • Oui! C’est vrai!
        Je suis comme vous, introverti, il y est difficile pour moi de me communique avec les paulistas, je pense qu’eux perlent beaucoup sur ma vie et les choses que je faire, ça n’est pas agréable, alors, je ne veux pas parles mal de l’habitants de la ville, ils sont tout differents.
        Sur les américaines je pense comment toi aussie, ils sont très polis, j’adore le façon qu’eux faire du “small talk”, ils ne faisant pas beaucoup des questions.

  • Je trouve cette théorie pertinente et utile, bien que ce soit un peu stéréotypique. Encore je pense la plupart des gens comprennent que celle est seulement une analogie imparfaite, et qu’on doit aller rencontre quelqu’un plutôt que faire une supposition. En général, comme américain, je crois que c’est une bonne explication pour le comportement des américains par rapport à les européens, en particulier les français, les allemands, les scandinaves, etc.

  • Moi, je suis 3X pêche, parce que 1) de suis américaine 2) je suis Californienne, né et grandi dans une culture très “pêcheuse” et 3) j’ai aussi une personnalité relativement extravertie. Je vis aujourd’hui en Vermont, ou la culture est plus “noix de coco,” et j’étais étudiante dans les années 80s en Allemagne, ou la culture est vraiment “noix de coco.” Donc, pour moi la théorie est à propos.

  • Quel sujet interessant pour y penser. Je les ai vu dans les villes differentes quand je déménager de ville en ville, de pays en pays. C’est absolumment vrai mais on doit les voir comme un modèle flexible. Il y a toujours de toute sorte de personnes mais on peut voir qu’il y a aussi une tendance sociale dans chaque communauté.

  • En fait, je suis pas d’accord avec cette théorie — ou du moins je me demande tous les deux si elle a suffisamment de preuves, et si elle est l’information qui a beaucoup de valeur. je suis très sceptique de quelconque théorie qui, au même temps s’accorde avec les stéréotypes, et qui renforce notre conviction que les stéréotypes raciaux sont vrais.

    Je trouve également que, quand on interrogent la méthodologie de beaucoup des études comme ça (en particulier dans la domaine de la pop psy ou les sciences du comportement), elles ne sont pas robustes — par exemple, si on a une théorie sur la comportement humaine qui est cohérente avec les stéréotypes ethniques ou raciaux, et puis on produit un sondage dans lequel on demande aux gens si la stéréotype est vrai, c’est pas difficile de produire les résultats qui démontre que certains groupes des gens comportent dans une manière stéréotypée. C’est trop simple, puis, pour que les articles reproduisent l’information et pour le “fait” de faire traverser dans la population.

  • Je crois que les descriptions données pour les « pêches » et les « noir de coco » appliquent aux extrovertis et aux introvertis. Peut être les cultures de certaines payes ont la tendance à produire l’un ou l’autre sorte de personnalité. Je suis américaine et introvertie, mais je suis d’accord sur la théorie que la plupart des Américains sont des extrovertis. Je ne connais pas assez de personnes françaises d’avoir une opinion vis-à-vis leurs personnalités.

  • Naturellement, Hugo, j’ai entendu la vidéo avec les oreilles ouvertes et j’ai beaucoup appris. C’est toujours plutôt facile à généraliser au lieu de prendre la temps d’analyser ce qui se passe. Il existe des comparaisons entre les cultures mondiales, mais la ligne du bas, comme tu as dit, c’est d’éplucher la peau des fruits pour voir la vraie personne là-dedans. J’apprécie l’analogie des fruits.

  • Pêche et noix de coco….

    C’est une image inventive pour lancer le débat. En Anglais on dit ‘ sweeping generalizations ‘ sur certains cultures, utiilisés par des personnes qui ne reflechissent trop. Quelque fois pas méchantes, plus souvent méchantes. A toujours été comme ça.

  • Je pense que les Anglais sont noix de coco en général. Mais, comme le différence entre les Parisiennes et les Marseillais (?), il y a beaucoup des differences pas seulement entre les gens de divers regions de Royaume-Uni mais aussi entre des villes et des villages dans le même région. Par exemple, j’habite à un petit village où presque tout le monde dit “bonjour” et s’arrête pour bavarder. Mais, en autre villages ce n’est pas comme ça. Je penserais que c’est pareil partout dans le monde. 

  • A mon avis, c’est une bonne manière de classifier les cultures a une grande échelle, et la théorie peut nous aider dan les situations avec un inconnu d’autre culture, mais comme Hugo a dit dans le video, c’est une generalisation que ne dit presque rien sur l’individu. Tous le monde a des caractéristiques et des habitudes personnelles.

  • Je pense que cette théorie est vrai,parce que les habitants de diferente pays font contact de diffèrentes manière chaque pays mais je ne suis pas dacord quand tu dit les Brésiliens sont superficiels et que c’est difficile d’aller plus loin, de devenir de vrais amis.

  • C’est une bonne image, ou bien, une façon de penser qui fait du sens. Mais on doit mentionner ce qu’on trouve lá dedans les fruits, n’est-ce pas? Pêche: noyau dur. Coco: lait douce 🙂 (Moi, je suis plutôt introverti, donc j’aime cette image).

  • Je pense que la théorie est logique mais aussi réductionniste. Comme Hugo l’a mentionné, les personnes qui appartiennent à une culture sont très differentes. Il y a des gens qui sont plus chalareux ou froides que les autres. Même si certaines caractéristiques sont partagées entre les gens d’un pays, l’individualite d’une personne domine.

  • Je crois que la theorie de la peche ou de la noix de coco es une grande generalisation mais, il marche en beaucoup de cas. Je crois que la culture est tres important pour definir la maniere de les gens et ca ce qui nous define, peche ou la noix de coco.

  • Je n’ai pas assez voyagé pour tirer une conclusion, mais cela semble la vérité. À mon avis, tous les Américains ne sont pas comme des péchés. C’est assez variable entre les différentes personnes. J’ai un ami qui ressemble à une noix de coco et il a des parents russes ; j’ai un autre ami américain qui est aussi une noix de coco.

  • Je pense que la raison les Américains parlent de leur vie prive avec des inconnus est vraie. J’ai eu la même expérience en vivant dans les États Unis. Je crois qu’il s’agit d’un comportement général. Je crois que s’il n’y a pas de chance de revoir cette personne, ils sont des pêches; autrement ils sont tres silencieux. Ils semblent de plus en plus des noix de coco. 

  • Je pense qu’il y a beaucoup de vérité dans la théorie sur les cultures de « pêches » et de « noix de coco ». Voir les chinois par exemple. Nous semblons si froids et distants lorsque nous nous rencontrons pour la première fois, mais lorsque les premières barrières sont brisées, nous devenons toujours chaleureux et ouvrons davantage notre être privé.

  • Je pense que ce que Hugo dit à propos de la théorie sur les cultures “pêches” et “noix de coco” est correct au sujet des Américains. Je ne connais pas la culture russe, parce que je n’avais jamais encore rencontré un Russe. C’est une triste histoire sur le Russe et la déception qu’il a ressenti à cause du comportement de l’Américain.

  • Je suis d’accord avec cette théorie. Mes expériences avec différentes cultures au Canada et à l’étranger vont dans le sens de cette théorie. Cependant, il faut faire attention à ne pas étiqueter une culture comme étant une pêche ou une noix de coco, car elle est souvent un mélange des deux. En général, en France, lorsqu’on voyage du nord au sud, l’expérience culturelle passe de la noix de coco à la pêche.

  • Je pense que la majorité des gens ont des caractéristiques de la <pêche> et de la <noix de coco>. À mon avis, les caractéristiques d’une personne sont influencées par beaucoup de choses telles que l’endroit où elle est née, par la culture de sa famille, où elle a grandi, par son éducation et aussi si elle a vécu quelque chose de difficile.

  • Je pense que c’est vrai, tout le monde est influencé par la culture auquel nous sommes nées, mais de la même manière, toutes les cultures ont été influencées pour la commodité et rapidité de l’internet, et aussi pour la superficialité des réseaux sociaux. Alors, beaucoup de gens sont comment le pêche. Tres chaleureuses mais ils n’ont aucun intérêt à avoir des relations durables ou à connaître vraiment les autres personnes. Au lieu, les amitiés sont assez éphémères.

  • Je viens de la culture Asiatique, l’Indonésie, qui en général les gens sont très très chaleureux, même envers les étrangers. C’est plous doux que la culture de la pêche, car il n’y a pas de pierre à l’intérieur :), mais parfois je pense personellement que les gens peuvent être très envahissants dans votre vie personnelle, ce qui peut être un peu inconfortable. 

    Les gens peuvent poser des questions telles que “Êtes-vous marié?” ,“Pourquoi n’êtes-vous pas encore marié?”, “Quel âge avez-vous?”, “Pourquoi n’avex-vous pas encore d’enfants?”

    Maintenant j’habite à l’Australie, je pense que c’est plus la culture de pêche par rapport à ma culture, d’une manière libératrice que les gens ne sont pas intrusifs, mais ce n’est pas aussi facile de se faire des amis. 

    Donc probablement, j’appartiens à quelque part entre la pêche et la noix de coco 🙂

  • j’habite à paris depuis 13 mois et pendant ce temps je suis un peu mitigé sur cette sujet. Parce que d’un côté j’ai rencontré beaucoup de français qui sont très sympa meme si c’ettait notre premiere interaction. Donc on peut dire qu’ils sont les pêches. Par contre j’ai aussi rencontré beaucoup de français qui sont extrêmement froid. je pense que en general les français sont plus authentique et ils cachent pas leur humeur, meme si ils sont de mal humeur, alors que les autres pays qui sont plus agreeable meme si ils sont pas de bon humeur. 

  • Chez moi, en Angola, il y a les pêches et il y a les noix de coco. Ici, dans la capitale, les gens sont plutôt des noix de coco parce qu’il y a beaucoup de monde et on ne sait jamais qui confier. Mais dans la province c’est tellement different. Les gens sont plus sympa et vrais avec tout le monde, je ne sais même pas si je les appelle pêches ou noix de coco. J’adore rencontrer les gens du Sud. Elles sont les meilleures personnes pour nouer une amitié. Cette théorie de pêches et noix de coco c’est intéressante et peut nous aider à décrire les gens. Je crois aussi que on peut trouver les pêches et les noix de coco dans une même région.

  • Salut tous le monde
    C’est vrai qu’on rencontre des personnes introverties ou extraverties, et peutêtre qu’on peut parfois les associes à des origines culturelles – ou la météo! Par example, les scandinaves, en particulier les finnois, ont la reputation d’etre noix de coco, évidemment un généralisation. D’autre part, les Americains sont pêches – comme on dit! Mais pas dans mon experience… C’est vraiment compliqué, et pas très utile. Ici a Londres, UK les nombreuses tribus ont tendance à rester entre elles.

  • Je pense qu’il y a de vérité, mais la chose plus fascinant et a mon avis, le important est comme les gens se communiquent, surtout avec les inconnus en public. J’ai la tendance de poser beaucoup de questions al commencer et je reconnais que ça c’est pas bon dans quelques culture comme la France. Ça serais meilleur que je sois plus conservatif a commencer a une conversation pour ne pas éteindre quelqu’un.

  • A mon avis, c’est une théorie amusante, penser à fruits pour cataloguer les gens d’un pais. Je suis tellement d’accord qu’en general on peut parler des cultures pêches pour les gens du pais méditerranéen, surtuout du sud et noix de coco pour les gens du pais du nord.

  • A mon avis l’écrivain a oublié une troisième catégorie de fruits.
    Il y’a certaines cultures ou les gens sont accueillants et s’ouvrent facilement à des inconnus et qui cultivent aussi des amitiés profondes.
    Par exemples beaucoup d’européens du Sud, les grecs, les turcs, les italiens.

  • Pêche ou noix de coco? Moi, je suis d’accord avec @Sabine Stein. Il faut eviter, à mon avis, prejuger le gens de different nationalité. Peut-être le difference entre les gens qui habitent dans le même pays est plus grand qu’on trouve entre les gens de different pays: par exemple, est-ce que le bourgeoisie la même attitude social que les ouvrières ? Est-ce que les gens d’origine de tiers monde et qui sont nés en France le même préjugé que leurs compatriotes blancs ? J’en doute. Donc, c’est mieux d’éviter les géneralisation comme pêche ou noix de coco. Et vous, qu’est-ce que vous pensez ?

  • Pêche ou noix de coco?
    À mon avis on ne peut pas dire que tous les habitants d’un pays sont seulement des pêches ou seulement des noix de coco. Je pense que dans chaque pays il y a des pêches et il y a aussi des noix de coco et surtout il y a des gradations entre les deux.
    Mais peut-être quelques nationalités ont une tendance vers une côté car autrement l’histoire du Russe et de l’Américain n’existerait pas.

  • Je pense que c’est une théorie intéressante. cependant c’est une théorie de deux extrêmes avec des pêches à une extrémité et des noix de coco de l’autre. C’est aussi une théorie qui généralise les traits de personnalité de l’ensemble de la population d’une nation. Je pense que ces généralisations conduisent à la création de stéréotypes.

  • à mon avis, je pense que la théorie est intéressante et mignonne. Je pense que la comparaison entre la pêche et la noix de coco est correcte car la pêche a une peau fin comme la barrière qu’une personne crée pour les personnes qu’elle ne connaît pas. Et pour les personnes introverties, il y a beaucoup d’obstacles comme les noix de coco pour apprendre à les connaître. Peut-être que nous devons la troisième catégorie appelée oignon pour les personnes qui ont plusieurs couches.

  • À mon avis on peut jamais vraiment dire qu’une culture est seulement pêche où seulement noix de coco. Comme on dit en anglais ce n’est pas noir ou blanc! Il ya beaucoup de gris! Les cultures sont mélangées et la plupart des cultures ont des caractéristiques à la même fois. Ça depend de la situation.

  • Cette théorie semble en général correcte. Mais c’est seulement la généralisation. Comme Hugo a dit, des personnes peuvent être très différentes dans la même culture. J’adore les français comme ils ont de points communs avec les lituaniens, par exemple, ils aiment se plaindre ou peuvent être impolis, donc ils sont plus ou moins noix de coco :). Mais en même temps, ils sont très différents par, exemple, les lituaniens ont beaucoup moins confiance en eux que le français.

  • A propos les etats unis qui sont, surtout, les etats (plurelle), c’est dépend par quelle état. J’ai passé mon enfance au Michigan et les gens sont une mélange de pêches et noix de cocos. Le gens sont froid en general mais si tu as un problem, ils aide immediatement, même si ils ne vous connaissent pas. En Louisiane, alors même qu’elle a la culture Française, les gens sont vraiment pêche-esque. Ils boivent ou célébrer avec vous mais ils cherchent comment profiter de vous, bien sur.

  • J’accept qu’il y a des personnalités “pêcheist” et “cocoist”, mais lorsque quelqu’un décrit une certain culture d’être sois “pêche” ou sois “noix de coco”, je pence qu’il nous dit autant, voir plus, de cette personne elle même que de la culture en question parce que chaqu’un, “pêche” et “coco”, voient le monde dans une differrente, dans sa propre, mode.

  • Je trouve la théorie correcte plus ou moins. Aux États-Unis, surtout dans le sud, les gens sont beaucoup plus des “pêches” – ouverts, chaleureux, à cause d’apprendre l’idée de “southern hospitality” depuis l’enfance. Dans les plus grandes villes, comme New York ou Chicago, je trouve qu’ils sont plus pressés, ils vivent leurs vies plus vite et je trouve que les differences entre les “pêches” et les “noix de coco” sont plus un résultat de la mode de vie.

  • Les théories sont ok. Je n’ai pas voyagé à l’étranger depuis longtemps car je prends mes vacances dans mon propre pays. Mais lorsque j’ai visité d’autres pays, j’ai remarqué que les autochtones étaient très sympathiques et accueillants. Je suis à moitié espagnol et certains disent que la chaleur dont font preuve les Espagnols est superficielle alors qu’elle est bien sûr charmante.

  • Je trouve cette théorie très correcte, mais, comme Hugo a dit, J’ai des amis français qui sont incroyable et très fidèles, meme après 20 ans. Comme un américaine, J’ai été élevé pour “ne jamais rencontre un inconnu.” Tout le monde est un ami, mais à bout de bras jusqu’à ce que vous appreniez à mieux les connaître.

  • Je pense que tu as raison. J’ai habité dans plusieurs de pays et dans chaque endroit les gens sont un peut différents. Je suis né en Ecosse et même là-bas à cote de l’ouest les gens sont des noix de coco et à Glasgow ils sont plus comme des pêches. Maintenant j’habite en Australie et les gens sont vraiment comme des pêches bien mûres.

  • Je penses que la théorie sur les cultures peut aussi appliquer sur les familles. Peut-être ici aux états-unis, où presque toutes les familles sont originaires d’autres cultures et pays, il y a un grand mélange des pêches et des noix de coco!

  • Je pense que cette théorie est très interessante, mais comme Hugo a dit, on ne peut pas dire que toute le monde va se comporter de la même façon. Mais je pense que pour essayer de comprender pourquoi les gens faisent certeinaines choses est un bonne théorie.

  • Je pense qu‘Hugo a déjà dit tout. Ils existent des nations avec des gens plus comme des pêches ou des noix de coco. Néanmoins, tout depent des personnages individuelles et il y a plein de pêche entre des noix de coco et plein des noix de coco entre les pêches.

  • Je pense que cette théorie a raison, mais, comme les opinions des autres membres du groupe, ce serait imposible de l’appliquer au niveau national. Par example, aux Etats-Unis, il y a une grande différence entre le Sud et le Nord, entre la côte atlantique et la côte pacifique. Toutefois, c’est un bon moyen de réfléchir et apprécier les deux types de personne.

  • Cette théorie m’amuse bien. Bien que je sois Allemande, je pense que je suis plutôt une pêche. Je parle aux inconnus avec plaisir.

    Merci, Hugo, pour l’histoire du prof russe. (Je travaille comme scientifique donc j’aime bien tes références aux études et aux chercheurs)

  • Je pense qu’il y a des pêches et des noix de coco dans chaque culture. Moi, je suis un peu timide. D’habitude, je ne parle pas avec les étrangers, à moins qu’ils aient l’air inquiets ou tristes. Pourtant, je suis heureux de bavarder si quelqu’un commence une conversation avec moi.

  • Moi, je ne crois pas qu’aucune personne puisse créer une theorie qui reconnais toutes les caractéristiques et toutes les opinions du population d’un pays. Il y a trop de différences, même dans les petits pays. On aime les simplifications, mais le monde n’est souvent pas aussi simple.

    Par contre, d’un autre côté, je comprends que les analogies peuvent être utiles pour expliquer les idées dans les temes compréhensibles. En lieu de mots scolaires, on fait une analogie ou une métaphore pour animer nos idées et les faire plus mémorables. Je les trouve utiles certaines analogies, tant que je me rappelle qu’elles sont des généralisations et qu’elles ne s’appliqueront pas à toutes les situations.

  • Cette théorie est vraiment intéressante. Je suis du sud de la Californie, et c’est normal de parler aux étrangères, d’être amical. Bien sur, tout le monde n’est pas comme ça, et on croit généralement qu’ils sont grincheuses. D’autre part, la femme de mon neveu est Russe, et quand elle est arrivée ici, elle a pensais que les Americans étaient agressifs car on souriaient beaucoup !

  • Je suis d’accord avec cette théorie en general. Mais je pense que ce n’est pas très difficile de devenir amis avec un.e americain.e. Bien sûr, ils sont chaleureux quand vous les rencontre pour la première fois. Mais après ça, ce n’est pas difficile de continuer avec une amitié vraie.

  • Le théorie sur les cultures est sympa mais il ne va pas changer ma vie. j’aime plus le récit de la conversation dans l’avion. personnellement, je deteste l’attente dans l’aeroport avant un vol mais il m’intérest comment les individuals se comportent pendent le traject. Pour moi, ce different presque chaque voyage. qq foir je me trouve en conversation facilement avec ma voisin et j’ai passé les moments vraiment convivial comme ca, mais, plus souvent, je préfer reste tranquile avec mes penses et mon livre et ignorer tous les autres. Peut étre je suis un peches qq temps mais un noix de coco quotidienment.
    Je veux dire que le difference entre les gens experience est impressionant, meme si c’est la meme personne dans un autre situation. A parler avec les inconus pour un periode prédéterminé est vraiment libérateur (?liberating) tous la conversation peu étre vrai ou fabriqué mais si vrai, c’est possible a reflechier sur tes points de vue et expectations pendant la conversation et en effet aprés.
    Aussi, pendant tu es en train de lire mes penses …. je trouve un effet similar quand je parle (ou, essaye parler) dans une langue etranger. il y a plus d’ambiguity ou, plus de clémence qui permits plus a dire.
    tout compte fait, j’ai besoin de predre un vol!

  • Mon dernier voyage en France, quand j’étais à Paris j’avais l’impression que les gens étaient comme les noix de coco, mais quand j’étais à Cassis dans le sud j’avais l’impression que les gens étaient plus comme les pêches. Mais c’est vrai que tout le monde est différent, malgré les normes culturelles dominantes là où ils vivent.

    Moi, je suis américaine et je suis introvertie, mais j’aime parler avec les gens dans l’avion, particulièrement les natives parce que j’espère apprendre des choses intéressants de leurs pays et peut-être devenir les amis. Malheureusement, c’est rare que les gens veulent aussi devenir mon ami, ou peut-être je ne sais pas communiquer que j’aimerais rester en contact après l’atterrissage de l’avion.

  • Cette théorie est très intéressant. Je suis américaine et je suis un intoverti. Alors, quand j’ai pris l’avion je suis comme le noix de coco et je n’aime pas parler avec tout le monde. Mais quand j’étais nouveau dans une école, je me souviens que mon père me disait de faire un contact visuel et de sourire et de faire la conversation avec les gens pour se faire de nouveaux amis!
    

  • J’ai beaucoup aimé cette théorie, cette métaphore, du comportement culturel. Je viens de lire l’article d’Erin Meyer que s’est cité, et j’ai ri à voix haute quand j’ai lu que les Russes disent que quand ils rencontrent quelqu’un qui sourit dans la rue « C’est soit un fou, soit un Américain » (je ne critique pas les Americains, j’en suis un moi-même !). J’habite en Angleterre depuis 25 ans, et c’est vrai que je trouvé la même chose vis-a-vis le comportement des Britanniques vs les Americains (un peu comme les noix de coco vs les pêches). Quand même, j’essaye de sourire, d’être polis, et de dire s’il vous plaît/merci n’importe où je voyage et jusqu’ici ça marche pas mal (mais je ne démande pas les choses personelles d’inconnus !). Merci, Hugo – très intéressant et divertissant !

  • Je pense que cette théorie est très intéressante, parce qu’elle décrit de manière intelligible le comportement général de beaucoup de gens mais l’explication de Hugo à la fin est vraiment nécessaire, parce qu’il est vrai que nous pouvons généraliser certaines attitudes mais chaque individu est différent et il peut être une pêche ou une noix de coco ou une combinaison des deux.

  • je penses que cette théorie est un cliche. je ne penses pas que le culture sont « pêches » et « noix de coco », je penses plutôt que sont le personne « pêches » et « noix de coco » et tu peux trouve tout le due typologie di personne in tout le cultures du monde

  • Comme une Américaine, je suis comme la pêche, mais aussi pense si quelqu’un me parle dans un vol, on est mon ami comme une noix de coco. Je suis d’accord que les personnes ne sont pas une chose ou l’autre. Chaque personne est différent et le meilleur moyen de vraiment connaître quelqu’un, c’est d’aller à sa rencontre.

  • La théorie est super mignonne et, je pense, elle est vrai, plus ou moins. Mais, moi, je suis Américaine et je me sens plus que les cultures noix de coco. L’example de la voyage en avion, par example, je déteste parler avec les étrangers que je ne vais pas voir encore.

  • Je pense que c’est ne pas possible generalizer le comportement d’un peuple, parce que les personnes sont differents et ne se comportent pas de la même façon. Mais, en même temps, cette théorie est intéressant car il décrit bien la manière d’être de certaines personnes, quelles que soient leurs origines.

  • La théorie est intéressante et utile pour ceux qui voyagent à l’étranger ou sont diplomates par exemple mais à mon avis la théorie est trop générale et simple.Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne se comporte d’une certaine manière. Le comportement d’une personne dépend de sa personnalité, de ses coutumes familiales ou ses coutumes religieuses, de son statut social et du cadre social dans lequel elle s’engage avec quelqu’un.

  • Je pense que ça sera mieux d’être au milieu de tous le deux.
    C’est vraie que si je dois choisir pour un xtrème ou l’autre je préférais le noix de coco. Mais je pense que notre comportement est pas toujours le même , et qu’il dépend de la personne que tu rencontre et la situation dans laquelle tu es avec elle. C’est pas la même chose si la personne est un collègue du travaille ou une personne inconnue de la rue.

  • Bonjour à tous !
    Je suis d’origine russe mais je vis au Canada, et même si je vis au Canada depuis plus de 20 ans, je suis toujours surprise lorsque parfois un parfait inconnu dans la rue me sourit et me salue. 
    Je pense toujours: “Est-ce que je connais cette personne ?”
    Je suis toujours aussi étonnée 🙂

  • En Angleterre, je pense que c’est la même chose, mais c’est la différence entre vivre dans une ville ou dans un petit village. Nous avons récemment déménagé dans un petit village en dehors de la ville où nous vivions auparavant. Presque immédiatement, nous nous sommes fait de nouveaux amis et nous leur avons souhaité la bienvenue.

  • Je pense la théorie est très utile. L’example de la Russe et l’Americain sent correct pour moi. Mais, il y a toujours les gens qui pas suivre la théorie. Franchement, les Français doivent arrêter boire le café dans un bol. C’est tellement degoutant.

  • Alors, je n’ai ni d’ amis américains, ni d’amis français mais je trouve cette théorie vraie. Alors, j’ai grandi en Grèce et dans notre culture nous avons toujours accepté les touristes/les étrangers parce que l’hospitalité était toujours un caractéristic grecque.
    Pourtant, je vis en Australie depuis 1981 et maintenant je crois que la culture grecque en Australie est vraiment differente que la culture grecque en Grèce. Les grecs en Australie ont cultivé une culture “pêches” parce qu’ils partagent les mêmes expériences avec les autres grecs qui sont eux-mêmes migrants. La difference avec la théorie c’est que les grecs en Australie continuent à avoir de bonnes relations avec les personnes qui ont rencontré et ces relations sont tendu aux migrants de autres nationalités. Alors ce n’est pas un phénomène de culture mais un phénomène des expériences communes entre les gens qui vivent dans le même endroit.
    A plus tard!

  • en Jordanie ç’est assez facile de faire des conversation avec les etrangeir. Mais il faut l’effort de tous les deux être un(e) véritable ami(e).
    cependent, en général, les jordaniens représentent la culture “des pêches” et ils sont extravertis avec les etrangeirs d’autres pays. ils essaient toujours d’offrir des aides.   

  • Je crois que le théorie est correct. Bien sûr, il y a des exceptions. Quand je suis resté en France pour quelque semaines, j’ai remarqué que beaucoup de gens étaient un peu réservés au début. Mais au fil du temps, nous avons développé de très bonnes amitiés.

  • En generale, je pense que vous avez raison. Les Français sont des noix de coco. J’ai plusieurs amis qui habitent a Nîmes, et meme que c’étaits une procés simple a devenu leurs ami, je crois que cet éxperience était l’exception du regle.

  • Je pense que les théories ont le sens. On ne peut pas généraliser toutes les personnes avec cette analogie, mais d’après mes observations (en particulier des americains dans la vie professionelle), je crois l’étiquette de “la pêche” convient bien aux americains. Je n’ai pas l’experience à décider si les français sont comme les noix de coco, mais j’aime bien l’idée de ce type de character.

  • Je suis née en Roumanie et je considère que je fais partie de la culture « noix de coco », selon la théorie présentée par toi, Hugo. Bien qu’il soit évident que les généralisations ne capturent jamais l’essence de chaque personne dans un pays particulier, elles peuvent vous aider à démarrer.

    • J’habite à New York aussi et je suis tout à fait d’accord avec toi! Je crois que nous nous comportons plus comme des noix de coco que les pêches. Je pense que je m’entends mieux avec les françaises que les américains qui viennent du sud ou de la côte ouest.

  • Cette théorie est trés drôle et je pense qu’elle a du sens. Il est intéressant de réfléchir aux différences entre les cultures — et même entre les gens. Les étudiants d’InnerFrench sont probablement un groupe très diversifié.

  • Je suis américaine et notre culture, notre société, n’est pas aussi douce qu’une pêche. Peut-être nous sommes comme une jeune pêche, pas encore prête à manger parce que nous sommes trop jeunes. Nous avons besoin de temps pour dêvelopper.

  • Je trouve aussi que les Américains partent beaucoup d’information avec les gens qui nous connaissons à peine, et cependant nous avons peu d’amitiés profondes. A mon avis, il semble superficiel, bien que je pèche mois aussi le même comportement. On peut dire que nous sommes les pêches sinon les guimauves. 

  • Je dirait que la culture joue le rôle, mais les traits de caractère sont aussi importants. Je suis sans doute introvertie, pourtant je connais les polonais qui sont très sociaux.

    Mais c’est vrai que les cultures apprécient les traits différents. Et par example les Américains favorisent le charisme, l’enthousiasme ou la spontanéité plus que par example les Japonais.

  • Quant à moi, je n’aime pas les généralisations car elles simplifient toujours un problème complexe. De nos jours, aussi bien en Europe qu’en Amérique, la société se constitue de populations polyvalentes d’origines, de cultures différentes et bien sûr le facteur âge compte aussi à quel niveau est-ce que quelqu’un est ouvert. Je ne pense pas que tous américain entamerait une conversation avec un inconnu en particulier sur la vie personnelle.

  • Je vois comment la theorie nous aider, mais c’est un peu trop facile. Bien sur, il y a des personnes differents dans toutes les cultures. Mais oui, je vois aussi les differences entre les cultures americains et les russes, francais ou meme les allemandes.

  • À mon avis, il y a beaucoup de vérité dans cette proposition. Personnellement, je trouve difficile de travailler avec les cultures les plus ouvert difficile. Peut-être je suis une noisette de coco. Je n’aime pas la façon dont tout le monde en américain attend un pourboire. Lorsque j’ai visité la Trump Tower il y a
    de nombreuses années, le serveur ne m’a même pas laissé porter mon propre
    plateau à table. Il a insisté pour le porter même si le café était en
    libre-service. C’était mon meilleur ami parce qu’il voulait un pourboire. Je
    n’aime pas ça. Cependant, cela reflète peut-être aussi des différences
    culturelles – nous acceptons les bas salaires et désapprouvons ceux qui ne
    donnent pas de pourboire. Cette générosité est-elle fausse (une justification
    pour ne pas payer un salaire juste) ou une norme culturelle ?

  • Peu importe de votre nationalité, il est difficile de devenir des amis proches avec quelqu’un d’un autre pays lorsque vous ne parlez courramment sa langue. C’est amusant de penser à la théorie des pêches et des noix de cocos mais en réalité c’est simpliste et des malentendus sont inévitables.

  • Anna, je utilisais Google Translate trés peu – pouvez-vous me donne les corrections? Merci.

    J’ai eu quelques expériences de cette idée des différences entre les cultures de France et des États Unis. J’avais une professeure de français qui partageait cette histoire avec la class. Quand elle est arrivée aux États Unis, elle faisait les courses au supermarché. À la caisse le jeune homme lui a dit, avec un sourire « Bonjour, comment ça va ? Avez-vous trouvé tous les choses que vous cherchiez ? Bien, salut, bonne journée. »  
     
    Elle pensait qu’elle lui plaisait beaucoup – qu’il flirtait avec elle – mais alors quand elle s’éloignait elle écoutait le caissier répète les mêmes mots avec le même sourire a la cliente qui la suivait ! Elle était déçu ! 
     
    Elle nous disait qu’elle allait à la même caissière depuis sept ans en Paris sans parler avec elle ni une fois. Pour elle, le sourire et les mots gentils ont eu une sen très différente que ce que le caissier a prévu. 
     
    Aussi, une fois nous avons rencontre une jeune fille que cherchait l’autobus a l’aéroport. Les officiaux ont gardé son passeport et elle devait rentrer le lendemain pour le retrouver. Mais elle allait a une ville très loin de l’aéroport, comme 5 heures ou plus. Nous avons parlé avec elle de ses choix et nous avons lui offrit une place chez nous rester pour la nuit et de lui emmener à l’aéroport le lendemain. Elle appelait ses amis et nous leur parlait aussi des circonstances. En fin, elle restait avec nous et après ça elle nous a adopté comme famille. Si elle avait été Américaine, elle accepterait l’aide gentiment mais après l’aventure nous ne nous parlions pas au future. 

    • Salut Betsy ! Voici la correction :

      J’ai eu quelques expériences avec des différences entre la culture française et américaine. J’avais une professeure de français qui a partagé cette histoire avec la classe. Quand elle est arrivée aux États-Unis, elle faisait les courses au supermarché. À la caisse, le jeune homme lui a dit, avec un sourire « Bonjour, comment ça va ? Avez-vous trouvé tout ce que vous cherchiez ? Bien ! Salut, bonne journée ! »

      Elle pensait qu’elle lui plaisait beaucoup, qu’il flirtait avec elle, mais quand elle s’éloignait, elle a entendu le caissier répéter les mêmes mots avec le même sourire à la cliente suivante ! Elle était déçue !

      Elle nous a dit qu’elle allait à la même caissière pendant sept ans à Paris sans parler avec lui même une fois. Pour elle, le sourire et des mots gentils avaient un sens différent que pour le caissier.

      Aussi, une fois nous avons rencontré une jeune fille qui cherchait un autobus à l’aéroport. Les fonctionnaires ont gardé son passeport et elle a dû retourner le lendemain pour le récupérer. Mais elle était dans une ville très loin de l’aéroport, à 5 heures ou plus. Nous lui avons demandé ce qu’elle allait faire. Nous lui avons offert une place chez nous pour passer la nuit et lui avons proposé de l’emmener à l’aéroport le lendemain. Elle a appelé ses amis pour leur raconter sa mésaventure. Finalement, elle est restée avec nous et après ça, elle a commencé à nous traiter comme une famille. Si elle était américaine, elle aurait accepté l’aide gentiment, mais une fois l ‘aventure finie, nous n’aurions plus parlé.

  • A mon avis je pense que la théorie sur les cultures “pêche” et “noix de coco” est peut-être un peu simplifiée. Mais bien sûr c’est une théorie facile à comprendre et aussi à appliquer aux cultures qui sont différentes de mon pays. De plus, je trouve aussi qu’on peut décrire les Suédois comme des noix de coco !

  • Lorsque je suis arrivé en France, mes amis anglais ont été surpris de voir à quel point ma perception des Français était différente de la leur. Cela a été résumé magnifiquement lors d’une soirée très sociale, lorsque mes amis français ont fait des commentaires sur le fait que je continuais à passer la soirée à parler avec eux. En comparaison, mes amis anglais se regroupaient progressivement et passaient la soirée à parler entre eux, créant ainsi un mot français “a Clique”.
    La métaphore de la pêche et de la noix de coco est bonne pour le contact instantané, mais elle ne résume pas correctement l’effort continu nécessaire pour maintenir les relations. J’espère que ce cours continuera à m’aider à mieux m’intégrer.

  • Pour moi ce théorie est vrai. J’habite au nord d’Allemagne et je le trouve très difficile de faire des nouveaus amis. La région de Münsterland, d’ou je viens, c’était un peu plus facile. Et c’est vrai aussi que je suis très heureuse si un unconnu parle à moi, parce que je pense instantement qu’il veut me connaître plus.

  • Je crois qu’il y a peut-être un tendance d’être plus ouvert ou plus reservé qui depent sur la culture. Mais le modèl est très simplifié. Comment les gens se comportent á l’égard d’étrangers, c’est aussi une question du caractère et de la région d’un pays.

  • Je pense que la théorie éxplique des certaines caractéristiques de la difference cultuelle entre des pays. Elle nous assist comprendre le culture du pays que nous allons visiter ou sa langue que nous allons étudier. Mais, graduellement comme nous comprendre plus de la pays, la théory n’est pas toujours vrais.

  • Cette analogie est très interessant au niveau de la culture, mais je me demande si c’est possible que il y a des gens dans chaque pais qui sont comme la pêche ou comme la noix de coco. En plus, dans la vie de chaque personne, je crois que ça peut changer. Cette une analogie très utile pour décrire les gens!

  • Très intéressante cette théorie… mais je crois qu’on ne peut pas résumer des cultures complexes en deux catégories et, en plus, à mon avis, cette une question de la personalité du individu. Il y a beaucoup de russes ‘pêches’ et plusieurs brésiliens ‘noix de coco’.

  • La première fois que j’ai écouté la théorie sur les cultures <<pêche>> et <<noix de coco>> c’était quand je vivais au Japon. Les Japonais sont de culture pêche aussi comme les Américains, mais avec une manière différente. Ils font peau de peches un peu dur parce que timidité est partie de la culture. Mais, ils sont très polis est accueillant avec les étrangers. Moi, je suis Américaine mais je pense que je suis comme noix de coco.

  • Je suis américaine et je suis mariée à un Français depuis 17 ans. Avant de nous marier, nous avons vécu ensemble à Cannes. Je ne parlais pas du tout français à mon arrivée. J’ai commencé à apprendre le français lentement, principalement avec l’aide de ma future belle-sœur. Elle voulait améliorer son anglais. 

    Après quelque temps là-bas, j’ai réalisé que l’une des raisons pour lesquelles les Américains pensent que les Français sont impolis (par exemple “noix de coco”) est que les Américains ne comprennent pas la culture française. Ils parlent aussi très fort dans les restaurants ! Ou encore, ils ne font aucun effort pour parler ou comprendre le français. Je pense que les Français deviennent “plus comme des pêches” lorsque vous faites un effort ou que vous apprenez à mieux les connaître. 

    Je suis également d’accord pour dire que tout le monde est différent dans ce monde. Ce ne sont que quelques petites choses que j’ai remarquées.

  • Je pense que ce n’est pas possible de classer tout les cultures par deux catégories. Il y a beaucoup de différences entre les cultures et le façon que les personnes traitent les inconnus. Pourtant, la théorie est peut-être utile comme un cadre analytique, parce que c’est vrai que certains des cultures ont plus des caractéristiques de pêches et des autres ont plus des caractéristiques de noix de coco. Et évidament, tous les individuels sont différents, une culture génerale ne définit pas comment un personne traitera des inconnus.

  • Je pense que cette théorie explique certaines différences culturelles. Mais concernant l’individu la culture est seulement un facteur par lequel nous sommes influencé. Notre comportement dépend de caractère, d’éducation, d’expérience, les cercles dans lesquels nous nous évoluons… Alors, le comportement dépend plutôt de l’individu. Et je préfère rester ouverte pour chaque personne que généraliser !

  • Je pense que c’est vrai que les cultures différents ont les différents niveaux d’ouverture d’esprits. Je suis australienne et je pense que je suis ouvert, mais mon petit ami est brésilien et parfois il parle des choses avec des personnes inconnue que m’étonne

  • Ça me fait penser à des amis que j’ai et qui viennent des pais très diferentes, comme Israel et La Thaïlande. A mon avis, les israéliennes ont les caractéristiques de Les noix de Coco et les thaïs sommes plus similaires aux Pêche. Ça no veut pas dire qu’il n’y ai pas d’exceptions.

  • La théorie est intéressante mais je pense que les gens se comportent de façon différente quand les circonstances sont différentes. Quand les gens sont dans leur propre pays, ils sont attentifs à l’opinion de leurs voisins. Mais quand ils sont en vacances dans un pays étranger, ils n’inquiètent pas autant de l’opinions d’autres.

  • Je crois que c’est un sujet très intéressant, parfait pour discuter avec un verre! Mais il n’est ni noir ni blanc. Par exemple il y a des gens qui se présentent comme noix de coco et qui sont simplement ça- dur et difficile de traverser leur barrière. À mon avis nous ne nous comportons seulement selon nos cultures. Comme Hugo a dit, <<Chaque individu a son propre caractère>> et c’est un mélange des deux qui crée le personne.

  • Comme je suis un de ces “introvertis”, je ne parle pas souvent avec des autres personnes donc comment savoir si elles sont des pêches ou des noix de coco? L’idée de décrire une culture en utilisant un fruit me semble creative quand même.

  • Il ne fait aucun doute que, malgré la simplification commune à ce type de théorie que cherche à rechercher les principales différences de comportament social entre les différentes cultures, la conclusion métaphorique est pertinente. Étant une représentant brésilienne typique qui a toujours vécu sur les rives d’une plage ensoleillée, je me considère comme une pêche mûre et sucrée, bien que je puisse me réveiller, un jour de pluie, avec l’esprit d’une noix de coco.  😂 

  • cela me rappelle le film “blue jasmin” avec Kate Blanchett. Elle a tellement bavardé avec son voisin dans l’avion. Mais elle est malade (mentalement) – using google translate. I don’t know how you all write so well in French. Maybe I don’t belong in this course?

  • Je pense que c’est correct en général comme un stéréotype mais, comme tout, cela dépend de leur situation culturelle et de leur éducation. Quand j’ai vécu en Allemagne j’ai trouvé que les gens du sud (Munich et sa région) étaient très amicaux et je me suis fait beaucoup de bons amis tant au mon boulot que dans les cafés et pubs. Dans le nord (Hambourg) je me suis fait des amis au travail mais pas ailleurs. Cependant il va sans dire qu’il y avait les deux types de personne dans les deux villes complètement différentes! En France où je suis allée plusieurs fois en vacances, je n’ai jamais eu de problème avec les Françaises, même à Paris! Mais si je pense que je suis plus une pêche qu’une noix de coco, je choisis à qui je parle! 🙂

  • La théorie me semble très judicieux et en mes voyages j’ai faisait des expériences qui y correspondent.
    En Comparant mes compatriotes allemands aves les Américain que j’ai rencontré, les differences du comportement social sont absolument évidents.
    Allemands font sans doute partie des noix de cocos mais moi je suis une pêche

  • L’anecdote sur le russe et l’américain est très drôle. Certains américains aiment beaucoup parler à des inconnus dans un avion et partageront des informations très personnelles. Je ne suis pas très intéressé à faire ça.

  • C’est une façon de voir les différences entre les gens. En même temps, nous ne devons pas oublier que nous jouons nous-mêmes un rôle dans chaque rencontre. En tant que noix de coco, vous regardez et percevez différemment d’une pêche. Si je passe moi-même une mauvaise journée, je penserai probablement que je rencontre plus de noix de coco que dans un bon jour. 

  • Je trouve l’analogie avec les pêches et les noix de coco un peu superficielle. Bien sûr, il y a d’abord la différence entre la peau (facile contre dure) mais après, la substance à l’intérieur est la même (douce et agréable). Je voulais trouver une meilleure analogie où les substances à l’intérieur sont différentes (un plaisir qui disparaît contre un plaisir qui dure et grandit). Cependant, je ne peux pas penser à une meilleure analogie 🙂

  • Ça me fait plaisir! En effet, en entandant votre vidéo à propos de cette théorie j’ai rigolé. C’est le premier fois qui je l’ai attendu. Je viens de la Pologne aussi et en realité la plûpart des gens à mon avis sont des noix de coco. Surtout quand je fais du shopping les caissiers sont super grincheux parce que mon accent n’est pas forcement parfait car je viens d’anglaterre aussi et je n’habitais jamais en Pologne. Mais des polonais sont franchement super sympa quand on les connaît. 

  • C’est peut-être une métaphore utile dans certaines des cas, mais il ignore le fait que les cultures ne reste pas immobiles. Quand j’ai voyagé en France dans 1972 (oui, c’était longtemps !), les Parisiens étaient assez froides ; ils ne veulent comprendre le français imparfait. Quand j’ai entré dans une boulangerie et demande´ « un baquette », pas de chance ! Mais, la prochaine journée, quand j’ai demandé « une baquette, » succès ! J’ai retourné à Paris il y’a trois ans, et les Parisiens étaient différentes. Ils sont plus amiables et quand j’essayais à parler le français, ils me complémentaient, malgré le fait que mon français était aussi mauvais comme avant. Maintenant, grâce à cet cours, j’espère qu’il est meilleur.   

  • C’est vrai que les gens sont influencés par l’environnement dans lequel ils naissent, grandissent et vivent. L’origine, la langue, la météo, l’histoire de chaque pays marquent son peuple, construisent sa culture et cela apparaît dans le comportement des gens. Cependant, je pense que la théorie sur les cultures « pêches » et « noix de coco » essaie de simplifier beaucoup le comportement humain, car elle lui place dans deux extrêmes. De plus, il est nécessaire de distinguer quelles sont les caractéristiques réelles des personnes et quel est le résultat des stéréotypes divulgués dans le monde, peut être débordé de préjugés.

    Le Brésil est un pays très grand et a été construit par le mélange de colonisateurs portugais et les peuples africains qui ont été réduits en esclaves, en plus des peuples autochtones. Par ailleurs, il a accueilli et s’est aussi mélangé avec de nombreux immigrants allemands, italiens et japonais, dans le sud et le sud-est. Donc,  il n’existe pas une caractéristique unique capable de résumer le peuple brésilien. Par exemple, les personnes qui habitent dans le Sud, froid et influencé par les immigrants européens, semblent être des noix de coco. Par contre, les personnes qui habitent dans le nord-est, chaud, entouré de plages et avec une forte influence des Africains noirs, semblent être des pêches.

  • Je pense que la théorie est un peu trop peu profond, et qu’il y a plus des types qu’on peut reconnaître. Par exemple, “les sabras” qui sont les gens épineux, mais en meme temps très facile a communiquer, comme les  Israéliens  😉 

  • Il y a des grains de vérité dans cette théorie. Néanmoins, lorsque l’on rencontre un individu, il est préférable d’avoir l’esprit ouvert. Si l’on s’attend à une mauvaise réaction, elle devient peut-être plus probable à cause de son propre comportement.

  • J’avoue ne pas vraiment aimer ce genre de catégorisation. Il y a différents types de personnes partout, et les normes sociales sont souvent liées à la culture, à la race, à la classe, à la politique et, bien sûr, à l’histoire personnelle. Pour moi, faire des généralisations ne contribue pas à approfondir la compréhension humaine, l’empathie, les liens authentiques, etc..

  • Je pense que cette un façon très facile pour comprendre les differences entre les cultures des pays. Pourtant, je pense que il est très important de souvenir que ces descriptions sont les stéréotypes et il y aura beaucoup de personnes qui ne sont pas comme le stereotype de leur pays.

  • Je pense que cette idée est assez cohérente. Il y a les peuples du Sud et du Nord, chacun avec ses propres caractéristiques, il y a aussi des différences culturelles, l’histoire de chaque pays et son système éducatif. En bref, la théorie des «pêches» et de la «noix de coco» est liée à l’identité des groupes, en ce qui concerne les relations sociales entre les différents groupes.

  • J’ai trouvé cette théorie très intéressante, et aussi vrai. Comme une personne d’un culture pêche (ça veut dire je viens des États-Unis), quand je vivais en Angleterre, c’était très étrange de vivre parmi les noix de coco. Mais, les amis que je me suis fait là-bas, je les ai eus pour la vie.

  • Je trouve cette théorie pratique qui nous permet à comprendre les comportements des autres. Néanmoins, il faut toujours en contextualiser. Les taiwanais, par exemple, peuvent être une pêche ou un noix de coco selon les cultures rencontrées. C’est aussi une question de rapport de pouvoir entre les différentes cultures.

  • Je pense que c’est une très bonne théorie, mais elle ne peut pas être généralisé (comme tout dans la vie). Moi, comme brésilien, je peut dire que nous sommes en général comme des pêches, mais je connais beaucoup de gens qui sont un peut plus comme un noix de coco.

  • Je pense que la théorie de ‘pêche’ et ‘noix de coco’ est une très bon méthode d’expliquer la différence entre deux types de gens. On souvent rencontre les gens qui sont très amicaux et autre fois on rencontre les personnes qui semble une peu froid. Quelque fois, quand on fait leur connaissance mieux, les premières impressions sont peut-être fausses. Notre comportement social est appris de nos parents, nos pairs et notre environnement où on habite.

  • Il y avait une époque pendant laquelle j’étais triste parce que je n’arrivais pas à approfondir l’amitié avec les amis français. Ils étaient toujours adorables, polis et sympas mais ça a resté à la surface, j’avais l’impression. Le pire a été que je pensais, c’était à cause de moi. Je n’ai pas compris pourquoi il y avait cette distance. Entretemps ce sont des très bons amis et je peux toujours compter sur eux, peut-être plus que sur d’autres amis. Donc pour le dire simplement: le debut est difficile, mais ça vaut le coup de ne pas abandonner.

  • Je crois qu’il y a des societés qui sont ‘introvertis’, et des autres qui sont ‘extrovertis’. Les Americains sont, généralement, extroverts en surface, mais àprès on est plutôt réservés. D’àprès mon expérience, au Royaume-Uni, c’est plutôt la contraire.

  • Je suis d’accord avec l’idée que les « pêches » et les « noix de coco » peuvent être trouvées comme deux parties différentes de la même culture. J’habite dans le Colorado à ce moment, mais je suis née à New York, donc les différnces de la pluparts des gens sont comme le jour et la nuit. En fait, les États-Unis sont vraiment un « smoothie » pêche-noix-de-coco. 🙂

  • Je crois qu’en Espagne on a une culture qui se ressemble plutôt à la France. Toutefois, c’était plus facile pour moi de me connecter avec quelq’un qui est français, et ça peut être parce que c’est toujours drôle et enrichissantde rencontrer un étranger. C’est comme ça aussi quand je renconte quelq’un dans mon pay.

  • Je suis allemande qui vit aux États-Unis et je suis d’accord avec Hugo et Irena. J’avais des amis américains, nous avons parlé sur des sujets privés, mais quand cette personne ou moi s’était déménager à une autre ville, cet ami n’a plus communiquer avec moi. C’était très difficile pour moi parce qu’être une allemande du nord de la pays je suis assez comme une noix de coco et crois si tu te confies à une autre personne il y a une certain obligation d’apprécier cette confiance. Mais heureusement j’ai aussi des amis américains très proches depuis beaucoup d’années.

  • C’est intéressant. Comme Hugo a dit, il y’a beaucoup de variations dans les régions d’un pays mais je pense que les caractérisations sont généralement correcte. Vraiment, l’idée que les Français sont les “noix de coco” me donne un peu plus de confiance pour continuer d’essayer parler avec eux.

  • Je suis professeure d’anglais aux les États Unis et j’ai enseigné beaucoup d’étudiants qui viennent des pays différents. Plusieurs fois ils m’ont dit de ses expériences dans la rue ou dans le bus avec des américains qui leur ont parlé de ses vies privées. Cela les à etonne. En même temps, je pense qu’il y a beaucoup de différence entre les gens dans les grandes villes et les gens dans la campagne ou les villes plus petites. Et cette différence est du monde entier.

  • Je suis d’accord avec cette théorie (mais elle est un peu général, comme tous les théories). Quand j’étais en Russe, il y avait vraiment difficile de faire des amis russe. Au même temps, les américains qui ont étudier avec moi, à Moscou, nous avons parlé beaucoup, nous ont passé beaucoup de temps ensemble, mais, après le fin de notre semestre, nous ne parlions plus. C’était un amitié bref.

  • Je crois que la différence entre les péchés et les noix cocos est un combination de la culture et la personnalité. Il y a beaucoup de facteurs psychologique en jeu ici. Certaines personnes n’ont pas de limites personnelles. Des autres on des problèmes d’anxiété ou d’insuffisance. Ce qui est certain est que beaucoup de personnes du monde entier partager bien trop de renseignements personnels sur les plateformes de médias sociaux comme Facebook!

  • Un mari et une femme arrivent dans un magasin. La femme cherche ce qu’elle veut elle-même, elle refuse même l’assistance. Le mari cherche un membre du personnel pour discuter ce qu’il veut, pour lui accompagner et assister.

    Lequel des mari et femme est Américain ou Suédois ?

    C’est ma vie ! Je suis la femme Suédoise shopping avec mon mari Américain. Après plus que 30 ans c’est encore amusant😀.

    • Dans ma famille, c’est ma femme russe qui demande des directions au vendeur/à la vendeuse (mais c’est seulement la première fois; la visite suivante elle connaît son chemin pas pire que les employés là-bas), tandis que moi (un homme hollandais), j’hésite à demander de l’aide et traverse tout le magasin en cherchant la chose que je veux (et ça se répète la prochaine fois). C’est amusant, oui, mais je ne suis pas sûr de ce que cela dit de nos nationalités.

  • Je suis d’accord avec la plupart des commentaires ci-dessous que chaque culture peut avoir les deux caractéristiques. J’y pense aussi. Quels instincts de base soulignent ces différences. Lorsque les humains commençaient à peine à développer leurs compétences en communication, il y a tous ces siècles. Il était important d’être toujours en état d’alerte, de survivre. Des étrangers de tribus inconnues pourraient vous tuer ou prendre votre nourriture ou vos récoltes. En même temps, il faut parfois être amical, aussi pour survivre. Nous devions probablement être amicaux dans ces moments où nous avions besoin d’aide. Chaque caractéristique comportementale culturelle pourrait probablement être attribuée à la façon dont la race humaine s’est développée, à la façon dont les différentes tribus ont appris à vivre les unes avec les autres et à communiquer. Hugo, une leçon très intéressante. Merci

  • Je crois qu’on peut trouver les pêches et le noix de cocos dans chaque culture et pays.
    Par exemple, j’ai vécu en France pour un an, notamment en Bordeaux ( c’est une trés belle ville). Les gens à Bordeaux étaient vraiment gentils et accuillants. Mais, quand je suis allé à Paris, il y a eu quelque fois où les gens avaient un comportement impoli ou aggressif.

  • Oui, on peut dire qu’une culture, n’importe quelle, exprime quelque trait (comme la extroversion, par example) plus ou moins qu’une autre culture, en général. Mais cela ne donne qu’une vue général…qui veut dire presque rien de la réelle vie quotidienne.

  • Je pense que quelques cultures, en general, ont plus de personnes qui sont les “pêches” que quelques cultures différentes. C’est difficile d’expliquer. Maintenante, le monde est plus connecter qu’il était il y a vingt ans. Les gens se marient les personnes dans une culture different qu’eux. Plus de personnes connaissent plus d’aspects des cultures différentes et les respecter. En plus, les marriages mélangent deux (ou plus de) cultures et un nouvel culture arrive. Le monde change jour par jour. Les stereotypes existent moins et moins.

  • En général. je n’aime jamais stéréotyper les gens … or les mettre dans une boîte. Chaque personne est unique. Pour chaque stéréotype, il existe plusieurs exemples où quelqu’un est différent. Mais je pense aussi qu’il y a des caractéristiques culturelles qui sont adoptées par les gens d’un pays. Les Français … ils ont la meilleure cuisine. Les Allemands … ils ont la meilleure bière. Les Japonaise … ils aiment leurs caméras. Les Américains … ils ne respectent pas les autres pays. Etc.

    Plutôt que d’utiliser les mots << pêche >> et << noix de coco >>, je préfère considérer les gens comme individus. Soit un introverti … soit un extraverti. On peut agir selon la culture de son pays, mais tout en étant encore une personne unique.

  • C’est vrai qu’il y a vraiment une différence culturel qui marque un certain profil typique des nationalités. Je trouve les latines plus ouvertes. Par contre, les peuples de l’Europe de l’Est me semblent plus compliqués. Je crois que chaque structure sociale et l’histoire du pays a toujours eu une influence sur les traits sociaux, même au niveau de la convivialité et de la mentalité.

  • J’aime bien la théorie sur les cultures « pêches » et « noix de coco ». En Australie, il y a mélange des pêches et de noix de coco. Par exemple, les gens qui vivent dans les villes sont la noix de coco, par contre, les gens qui vivent á la campagne sont les pêches.

    Je suis d’accord que les Français sont plus pêche plutôt noix de coco. Je pense que ce sont les insécurités de tout le monde qui créent cette mauvaise perception des Français. 

  • Je pense que la théorie sur les cultures “pêches” et “noix de coco” a du sens parce que dans les pays Amerique latine comme Brésil et autres, les gens sont plus amicaux que dans les pays comme France et Allemagne. Je crois que en France on trouve de gens amicaux mais il fait passer plus temps avec ils afin que une personne peut se faire des amis. 🙂 

  • J’aime bien l’analogie des cultures pêches vs. noix de coco. En fait, je suis d’accord avec la description des différentes cultures (nationalités) tenant en compte qu’il y a toujours des “exceptions” et que ce sont des généralisations qui nous aident de comprendre les uns aux autres. En Allemagne, nous avons les mêmes différences comme celles dont tu viens de parler (Parisiens, Marseillais), Hugo: les gens de Cologne sont très ouverts par rapport aux gens de Munich ou de Hamburg, mais au bout d’un certain temps après avoir fait leur connaissance, ça peut aussi s’inverser…

  • J’ai aimé l’analogie de les fruits. Certaines cultures sont très différent des autres. Pour celon, La théorie est en point. Pour les Américains, ils aiment parler beaucoup et je pense que c’est surtout dans la culture. Mais, comme Hugo déjà dit, la situation est différent dans l’est que l’ouest. Je trouve que aux étas-unis, mais surtout dans le sud, beaucoup de gens aiment parler et ouvrir. Mais, aussi il y a certaines personnes qui sont plutot froids et dur comme la noix de coco.

  • Quand on visit ou habite dans un autre pays, on est un peu spectateur d’un theatre étrange. Les acteurs semblent sérieux et confiants dans la conduite de leurs affaires et on peut se sentir intimidé, voire effrayé de telle sorte que lorsqu’on interagit on se présente comme impétueux et irrespectueux, ce qui suscite un réponse de la catégorie “noix de coco”. En plus, si on est trop timid et naïve il y aura toujours quelqu’un qui prendra l’opportunité de monter la scene et montrer sa supériorité ou arrogance. En tant que touriste on fréquente surtout les endroits où les serveurs, les chauffeurs etc. ont l’habitude de vous exploiter. C’est leur façon de gagner leur vie, donc, s’ils ne réussissent pas d’obtenir vos sous, ils vous rejetteront parfois brusquement et vous feront vous sentir importun.
    Garder leur identité française est un must absolu pour les Français car sans elle, que seraient-ils? Il en va de même pour toute autre identité nationale, n’est-ce pas? Il suffit de se fondre dans la culture malgré ses propres antécédents. Prenons l’exemple de quelqu’un qui étudie le chinois. Peu importe combien il étudie la langue et la culture, lui-même ne sera jamais chinois.
    Le caricature des Français qui rythment la vie quotidienne par la bouffe est aussi vrai pour beaucoup d’autres cultures qui s’identifient par leur type de nourriture. La clichée, ‘On est ce que l’on mange’, a un son de vérité..
    D’avoir la pêche face aux contradictions humaines est une étude de la conscience et du comportement, qui sont, en fait synonymes..

  • Sincèrement je ne pense pas ça c’est beaucoup vrai aujourd’hui, parce que avec l’internat, on est exposé à beaucoup cultures différentes. Et je crois que cet type de exposition peut, d’une certaine manière, changer notre moyen de comporter. Bref, on ne comporte pas seulement selon la notre culture originale, mais on est influencé aussi par autres cultures, pas nécessairement des cultures dominantes.

  • Hugo, ton résumé sur la recherche, de l’américain et le russe sur l’avion, est un bon exemple . Même si je suis américaine je n’aime pas lorsque le personne à coté moi parle beaucoup au sujet de choses privées. J’aime parler au sujet de choses privées avec mes amis, mais pas avec des inconnus.

  • Je viens d’en entendre parler pour la première fois et je dois dire que c’est une très bonne façon de l’expliquer. Étant allemande, je suis une noix de coco, mais je vis aux États-Unis depuis 30 ans et je suis donc adaptée à la “manière ouverte mais superficielle” d’interagir. Je suis reconnaissante d’avoir quelques amis américains qui sont de vrais amis. 

  • Je pense que la theórie a raison, en général. Bien sûr, il y a des exceptions quand on parle des généralités. Je suis américaine, et c’est vrai qu’on n’a pas de problèmes à parler avec les inconnus, particulièrement quand on est dans une situation ou une expérience ensemble. Je suis allée à plusieurs entraînements professionels où nous avons dû apprendre à comment communiquer et poser des questions assez difficiles aux collègues. C’est possible de voir une personne comme ça assez superficielle mais on pense que la personne est gentille. Ça ne veut pas dire que nous n’avons pas de rélations importantes dans nos vies parce que nous en avons. Je ne connais pas beaucoup de français. Alors, je n’ai pas d’opinions. Quand je voyage en France, les Français sont sympa.

  • C’est intéressant. A mon avis, il y a des différences culturelles et aussi les stéreotypes. Si tu as dit, Hugo, tous les Français ne sont pas les mêmes. J’ai une amie Néerlandaise et nous parlons que les Néerlandais sont très hônnetes – peut-être ils sont trop hônnete pour ses amis Anglais ! D’après mon expérience, les Francais sont, en géneral, un peu réservés mais trés gentil. Je suis d’accord, c’est une culture <<noix de coco>>.

  • Je pense que cette théorie est très précise. Bien sûr, toujours et quand ont parle en général.Je ne sais pas très bien si les français sont noix de coco, mais j’ai eu une expérience qui confirme que beaucoup de gens le pensent. Il y a quelques années, j’étais en Australie avec un visa de travail et de vacances. Étant dans une auberge à Melbourne, partageant une cuisine, il y avait un groupe de gars qui cuisinaient et je n’avais pas envie de socialiser. Ils ont commencé à me parler, à poser des questions à ceux à qui je n’ai pas répondu, en prétendant que je ne comprenais pas l’anglais (mais pas très gentil), et ils ont réagi en disant “ah, cette fille doit être française”  🙃 

  • C’est une théorie assez correcte dans mon avis. Surtout, je pense qu’on peut avoir les pêches et les noix de cocos dans le même pays. Je viens de l’ouest des États Unis et je pense que nous sommes surtout des péchés (un peu plus léger, ou relaxe) mais des gens de l’est me semble vraiment des noix de cocos. Ils me semblent un peu plus réservé et rigide. Bien sûr, j’imagine qu’il y a plein d’exceptions de cette théorie. Chacun va être influencer par leur propre vie et expérience.

  • Je penche vers l’idée que les cultures différentes parfois influencer le comportement des gens mais principalement ce sont les caractéristiques des individus qui déterminent la manière dont chacun réagit lors d’une première rencontre avec un inconnu.

  • La théorie sur les cultures «pêches» et «noix de coco» est très intéressant. Mais, il y a aussi la différence entre les gens. J’habite aux États-Unis, mais je suis né en Éthiopie. En Éthiopie, il y a un concept qui concerne le comportement. Les Éthiopiens croient que tout le monde a un comportement naturel qui a été créé par Dieu et c’est important d’accepter nos différences.

  • Je suis d’accord que les Américains ressemblent plus à des «pêches»; ils sont doux en surface mais difficiles à connaître en profondeur. Je ne sais pas si les Français sont des «noix de coco». J’ai toujours trouvé les Français sympathiques et sincères — très honnêtes et francs.

  • Je pense que la théorie est très intéressante. Bien qu’Il y a souvent les différences dans une culture, je suis d’accord qu’il y a les différences de les cultures. Par exemple, je suis américain mais je suis plus introverti que <<les pêches>> de mon pays !

  • J’ai une amie française qui m’a dit une fois qu’elle pensait que les Français étaient froids, mais depuis qu’elle est venue au Portugal, elle pense que les Portugais sont plus froids. À mon avis, nous pensons souvent que notre culture est culture  « noix de coco » mais parfois cela dépend aussi du personnalité de la personne que nous avons rencontrée. Mais il y a des situations où les gens traitent les touristes mieux que les locaux. 

  • Je pense que les différences sont principalment entre individus. Il y a des personnes plus ou moins extroverties (pêches) ou introverties (noix de coco). La culture et les coutumes locales ont une influence secundaire, mais aussi reconnaisable.

  • Je suis absolument d’accord avec la théorie sur les fruits liée aux différentes cultures. Aux États-Unis, je suis né dans le Mid-West. Les gens là-bas sont connus pour être très amicaux lorsqu’ils rencontrent d’autres. Ma famille a déménagé en Nouvelle-Angleterre quand j’avais diz ans. Les gens là-bas sont généralement plus réservés. C’était un peu étrange au début, mais j’ai appris que ce n’était pas un cas où ils étaient hostiles à l’Est. Il faut juste plus de temps pour connaître les gens. Je suis heureuse de dire que j’ai maintenant des amis pour la vie dans les deux endroits.

  • Je suis Ecossaise mais j’habite en Angleterre depuis plus de trente ans. Je trouve les Anglais tres diffèrent de l’écossaise. L’écossaise, parlent a les inconnus tout le temps. C’est normal mais Ce n’est pas comme ça en Angleterre. C’est comme Paris. Mais j’habite au sud d’Angleterre et je pense qu’en le nord c’est plus comme la société en Ecosse.

  • J’habite aux États-Unis, et nous sommes connus pour notre convivialité. Ça veut dire que nous aimons nos voisins et les étrangers. Malheuresement, aujourd’hui, ce n’est pas encore vrai. Apres les dernières quatres années, les gens semblent devenir méfiants des autres, à cause de la politique. Il y a des brutes sur la route qui font des gestes impoli peuvent aussi être impolis dans la rue. Pour moi, cette théory montre que mous étions les pêeches mais malheuresement certaines sont devenues des noix de coco en colère!

  • Je pense que je viens de la culture « noix de coco » car au HK, il est influencé par la culture chinois. On est un peu introverti. Il est facile à repérer les jeunes qui viennent à l’étranger et qui est locale à l’université. Mais en même temps, l’influence de la culture ouest (surtout celle américaine) est plus forte. C’est de dire que les jeunes locales sont plus en plus souriantes. Bien sûr, ça dépend aussi sur l’éducation, la famille … et chaque individu a son propre caractère ! Donc le meilleur moyen de vraiment connaître quelqu’un, c’est d’aller à sa rencontre ! (Hugo, tu crois pas si bien dire !) 

  • Les idées dont parle Hugo sont intéressantes, mais, comme d’autres l’ont noté, elles sont un peu simplistes. La façon dont les gens réagissent les uns aux autres dépend de beaucoup de choses, comme ce qu’ils ressentent et ce qui se passe dans leur vie. La notion de relations superficielles me semble vraie. Les Américains sont très prompts à sourire et à discuter, mais ils n’échangent généralement pas leurs coordonnées très rapidement. Bien sûr, “YMMV”.  

  • Je pense que cette théorie est meilleure pour des personnalités des personnes qui pour leur pays d’origine. J’ai connu tout les différentes types des personnes dans le meme lieu, region ou pay. Mais a mon avis, le climate, la géographie, la taille de la ville etc. tout joue a part dans la façon que des personnes se communiquent

  • J’ai trové cette vidéo et les commentaires trés interessante. Il y a bcp de verité en que quelqu’on disait. D’habitude, je trouve les gens dans les villes plus petites sont plus “pêche”. Mais, je connais et j’ai aussi vu parmi les juenes, ils utilizent les portables avec les oreillettes (Apple earbuds) même si il n’y a personne sue un appel. Suelmente ils les utilizent parceque ils ne veulent pas parler avec autres.

  • C’est toujours intéressant d’entendre parler des différents anologies! Mais comme tous les anologies qui essayent de décrire les gens du monde,de les séparer en catégories, ils se trompent. Bien sür qu’ il y a certains characteristiques qui sont pariel pour la plupart des peuples d’un pays. Mais, d’être human veut dire d’être différent.

  • J’aime la comparaison des pêches et des noix de coco, je n’en ai jamais entendu parler. Pour moi, les Français sont des noix de coco. Je partagerai mon expérience : (attention! Je suis néerlandais et nous sommes connus pour parler de manière un peu ‘directe’ et ça qui pourrait ne pas plaire à tout le monde 😉 ).   

    J’habite en France, dans le sud. J’ai vécu 12 ans en Espagne (Andalousie), avant de venir en France. Je suis, en général, une personne extravertie. En Espagne, je sortais souvent seul dans les cafés, pour déjeuner ou pour prendre une bière avec des tapas. En Espagne (sud) si tu prends ton café ou ta bière au bar, tout le monde te parle. Et même pour une femme, il est normal d’aller seule dans les cafés. Quand je viens d’arriver en France. Je suis entrée seul dans un bar. Il y avait peut-être 4 ou 5 autres personnes dans le bar, et tout le monde me regardait comme si j’étais un extraterrestre 👽 . Et personne ne m’a parlée. Et maintenant (c’est déjà ma 8e année en France) je sors beaucoup moins qu’en Espagne. D’un côté parce que la France est plus chère. Mais d’un autre côté parce que les Français ne sont pas très amusants et pas très ouverts lorsqu’ils vont dans les bars. Ils restent toujours ensemble, sur une table avec leurs amis ou leur famille. Il semble qu’ils ne sont pas très intéressés à rencontrer d’autres personnes.

  • au début, je pense que cette théorie est très intéressante et drôle. ca peut être vrais de certains citoyens d’un pays, ce soit pêche ou noix de coco. mais, enfin, je suis absolument contre faire un généralisation comme çaJuste comme Hugo le dire a la fin, on doit essayer de faire connaissance aux gens peu importe à des stéréotypes ou généralisation

  • Je pense que cette théorie s’applique entre des villes plutôt que des pays. J’habite au Canada, et dans les grandes villes comme Toronto il est très difficile pour parler avec quelqu’un dans la rue, mais dans les petites villes à la campagne, il est plus facile. C’est le même cas dans tous les pays que j’ai visités, peu importe si c’était un pays pêche ou un pays noix de coco.

  • La prémisse de l’analogie de la pêche et de la noix de coco doit être nuancée.
    En réalité, il y a des touristes sympathiques et méchants comme il y a des citoyens sympathiques et méchants dans tous les pays.
    Les cas extrêmes sont que les meilleures expériences se produisent lorsque des touristes sympathiques rencontrent des habitants sympathiques; les rencontres désagréables créent des souvenirs négatifs pour les deux. Il y a beaucoup au milieu des deux.
    C’est la voie du monde.

  • J’ai habité en Russie, et si tu crois que le Français sont des cocos, tu dois visiter la Russie.. J’ai aussi vécu aux États-Unis, et bien sûr – c’est facile de parler avec tous, et avoir beaucoup de relations superficielles. Mais je trouve que c’est possible avoir de bonnes relations partout dans le monde.

  • Je pense que parfois c’est vrai mais bien sure il y a beaucoup de nuances entre la pêche et la noix de coco. Par exemple en Italie tout le monde pense que il y a des noix des cocos au nord et des pêches au sud, mais en fait il y a un mélange de les deux à travers le pays.

  • Je crois que cette théorie est trop simple, comme toutes les théories qui sont dichotomiques et catégoriques. Cela plus comme une aide heuristique pour faciliter l´évaluation des personnes inconnues qu´ une image de la réalité. Et des choses heuristiques sont possiblement dagereuses parce que elles sont reliées aves des stereotypes. Apart des pêches et des noix de coco, il y a probablement beaucoup d´autres fruits bizarres, comme une châtaigne (dure de l´éxterieur et dure de l´intérieur) ou un “mochi” (d´accord, ce n´est pas une fruit, mais encore il est très bizarre). En fin, je pense que c´est comme Hugo l´a dit: il vaut mieux de rencontrer des personnes que compter seulement sur des thérioies sur les fruits.

  • Je pense que c’est une vraie théorie. Je suis Hongrois et je peux dire que l’Hongrois sont un cultur typique “noix de coco”. Maintenant je vis à Strasbourg, en France. Les Français qui vivent ici sont plus “pécheurs” que mes compatriotes au pays.

  • Je pense quici, au Brésil, les habitants du Nord-Est sont plutôt "pêche". Au contraire, les habitants du Sud-Est sont plutôt "noix de coco". Mais jai limpression que cette theórie a été faite par quelquun qui est “noix de coco” et pense que toutes les personnes très expansives sont um peu frivoles

  • J’aimais parler avec des gens qui étaient assis à côté de moi dans un avion. Mais ma fille m’a dit qu’elle déteste quand un inconnu dans un avion commence une longue discussion. Cela la met très mal à l’aise parce qu’elle est introvertie. Je me suis demandé combien de fois j’avais mis quelqu’un mal à l’aise. Alors maintenant, quand je prends l’avion (qui sait quand ce sera), je mets mes écouteurs et ferme les yeux. Peut-être c’est aussi une différence entre les jeunes et les personnes âgées. C’est dommage.

  • Je crois que j’appartiéns ni le coco ni la pêche. Comme vous dit la, il y a beaucoup cultures différents cultures entre ouest et est, entre nord et sud. Malgré le fait que j’était née en Union Soviétique, et peut-ètre parce-que j’étais grandis en Baku, je peux me visualise comme une pastéque ou melon. 🙂

  • Je pense que c’est une bonne évaluation. Je suis d’accord avec la classification des Brésiliens comme une culture “pêche”, parce que nous avons l’habitude de parler avec des inconnus, nous ne le regardons pas comme impropre.

  • Cette théorie est utile mais elle est aussi limité. J’habite dans nord-est région des états-unis et mes voisins sont “noix de coco”. Encore, la plupart des gens dans mon pays sont “péches”. Hugo a raison quand il dit que les régions de la pays sont souvent différentes.

  • J’habit en Bretagne et dans ma experience le Bretons sont plus comme un noix de coco, suspicieux d’étrangers.
    Mais en général ils aiment bien les anglais, dieux merci.
    Mais je crois le plus gros problème est ma difficulté et manque de confiance de communication en français.
    J’imagine que les Bretons que je rencontre pense que je suis noix de coco, mais non; je suis pêché.

  • Je pense qu’on doit ajouter quelque chose a cette theorie ci, parce que tu peux devenir un ami très proche avec une peche aussi. Alors, les personnes plus extravertis peuvent etre decrits comme un oeuf de Paques: tu peux gouter immediatement le chocolat, mais pour arriver a la surprise il faut encore un peu de travaille.

  • C’est une théorie très interessante (et mignonne, aussi.) C’est vrai ce qu’Hugo a dit: aux États-Unis, les gens sont différents de la côte est et la côte ouest.

    J’ai grandi près de New York. Pour moi, c’était plus facile de connaître des gens là. Après j’ai déménagé à Los Angeles, j’ai senti trés détaché et c’était beaucoup plus difficile à trouver des vrais amis. J’ai rencontré des gens sympas toujours, mais tout le monde habite beaucoup plus loin que ceux qui habitent à New York.

    Au début, à Los Angeles, je n’ai jamais vu une personne que j’ai reconnue par hazard au supermarché. À New York, on peut tomber sur quelqu’un dans les rues n’importe quand!

  • La théorie est un peu trop simple pour moi. Dans chaque culture, il y a une variété de différences, avec âge, gendre, lieu, classe. Par exemple, dans un vidéo précèdent, on a vu le différence entre les jeunes et les vielles dans habitudes alimentaires. J’ai connu amitié immédiate avec les français âgées a la salle de fête dans un petit village (tutoyer dès le début), mais mes voisins jeunes continue de parler avec formalité après plusieurs années.

  • Maintenant je comprend mieux ces deux definitions. Moi, j’ai eu quelques experiences similaires avec certains françaises et certains espagnols. Quand je vais en Espagne il m’est facile de faire des amis je les trouve plutôt pêche, mais ici à Clermont-Ferrand cela me coûte plus. Je pense que c’est à cause de la langue, car quand je suis arrivé je ne parlait pas français, mais maintenant que je le parle un peu, ce situation a changé beaucoup. J’ai connu françaises merveilleuses. À mon avis, le lieu où on connaît les gens a une grande influence. Ce n’est pas la même chose d’essayer de faire des amis dans la rue que dans un bar ou une librairie. Car dans la rue les personnes sont estressées pour aller au travail, ou peut être il sont en retard. Mais, dans les bar, ou dans une librairie les personnes sont plus calme, ils prennent un boison, il y a de la musique et grâce a tout ça l’admosfère est plus favorable pour faire des amis.

  • Je pense que si on veut parler de cultures, il faut faire des généralisations et des simplifications. Donc, je pense que ce genre de théories peut être utile, même si la réalité est plus complexe. Je viens de Suède et nous sommes des noix de coco !

  • Je suis d’accord que notre pays de naissance et d’enfance joue un rôle énorme dans la façon dont nous sommes amicaux avec les autres, mais je pense que notre personnalité est un facteur plus important. Par exemple, j’ai grandi en Angleterre avec deux sœurs. Mêmes parents, même maison. Mais je suis beaucoup plus sympathique et je cherche à aider les autres. Peut-être aussi, parce que j’habite au Canada depuis près de 40 ans.

  • Bonjour. J’aime vraiment ta théorie. Je pense qu’il y a du vrai et du doute. D’une part, j’ai remarqué que le caractère des gens ne dépend pas de la nationalité, mais de la personnalité. D’autre part, dans certains pays, il existe une tradition de simplement raccourcir la distance, comme parler par prénom. C’est très agréable pour une première et une deuxième rencontre, mais cela ne veut vraiment pas dire amitié. Ceci est déjà déterminé par les caractéristiques individuelles.

  • Bonjour. Les Brésiliens ont été cités pour expliquer la theorie avec laquelle je suis d’accord. Bien sûr, Brésil est très vaste et il y a des différences regionales remarquables comme entre les habitants de la partie plus au sud e de la partie plus au nord. Mais, en général, par rapport aux autres pays, les Brésiliens sont pêches. Salut!

  • Bonjour Anna et Hugo

    La théorie sur les cultures me plaît beaucoup. C’est très bien observée et expliquée. Biensur, il y a des exceptions. Mon mari est Espagnol et de son personnage il est définitivement de la catégorie noix de coco. D’autre part je suis Allemande et je parle avec tout le monde. Mais quand on est en Espagne j’ai aussi des difficultés d’accepter la vie quotidienne.
    C’est vrai: Chacun à son tour

  • Chaque personne a sa propre personnalité, mais c’est vrai que les culture des différents endroits ont une influence sur ceux qui grandissent dedans. Par exemple, je viens de la campagne au centre des États Unis, où on est très amiable et bavard avec les inconnus. Mais ma copine, elle est de la côte Est, et elle trouve ça très bizarre, bien qu’elle ne soit pas du tout timide. C’est une différence culturelle, alors qu’on est du même pays.

  • D’accord. Je pense que il y a un peu de vérité dans ça croyance. Mais ce depend parce que quand je habitais dans Toronto je trouvais que les personne n’étaient pas très amicable. Peut-être le difference est si tu viens de un gros ville ou un petite village. Si tu viens d’une petite village, problament tu est plus amicable un general. Mais, ma méré viendrait au Russe et elle a trouvé que les gens n’est pas amicable ou ouvert.

  • Je pense que oui, il y a des caractères culturelles mais que les caractères personelles sont souvent plus fortes. C’est à dire que si quelqu’un est introverti, il/elle ne va pas vous dire les choses de sa vie personelle parce qu’il/elle ne va vous dire presque rien de toute façon!

  • C’est toujours bon de généraliser les choses pour avoid une compréhension rapide. Parfois nous racontons une personne avec le personnage de une personne qui nous déjà connaissons, de sorte qu’il sera facile pour se connecter avec cette personne inconnue. Je pense que cette théorie s’applique aux individus plus qu’aux cultures. 
    Puisque, nous vivons aujourd’hui dans un monde hautement connecté et nos vues, perceptions, jugements ont formé rapidement et aussi changé rapidement. Donc, je pense que cette théorie est très liquide et elle ne peut pas utilisée pour décrire des cultures.

  • Pêche ou noix de coco? C’est un sujet très interessant à moi. Je suis Américaine mais pas une personne très extravertie. Par exemple, je n’aime pas discuter avec quelqu’un que je rencontre pendant un vol; je préfère lire ou écouter de la musique. Je pense que c’est est une illustration qu’il y a de grandes différences entre les personnes de même nationalité. Au lieu de cela, Je crois que l’on est plus susceptible de trouver des différences entre les personnes vivant dans les grandes villes et les petites villes. Mais dans l’ensemble je sais qu’il est dangereux de faire des généralités.

  • Je pense que il y a peut être des différents culturel, mais gens, en général, sont très similaire.
    Je pense que gens répondent en réponse à toi.
    Si vous voyagez avec une esprit ouvert et apprenez à les cultures différentes, vous serez accepté.
    J’essaye enseigné mes enfants respecter toutes les monde les même and prendre une décision quand ils ont connaissent quelq’un.
    Il y a des gens que vous aimerez et des que vous n’aimerez pas, c’est la vie, mais ce n’est pas leur nationalité, c’est leur personnalité, et ça d’accord.

    (Qui ou que 🤣😂 je ne sais pas et j’ai l’apprendre hier!!!)

  • Bien sûr les cultures différentes ont leur propres caractéristiques mais je trouve souvent que les gens ne sont pas toujours d’accord avec leur stéréotypes. Par exemple: dans les bars de France on peut trouver beaucoup de gens (d’habitude les hommes) qui sont très heureux de parler avec les étrangers même de dire seulement “les français n’aiment pas les anglais”!

  • Il me semble que cette théorie est la moitié vrai. Comme je suis russe, c’est évident pout moi que la majorité des gens russes ne vous racontent jamais des détaillés de leur vie prive en train de vous voir pour la première fois. Mais géorgiens, par exemple, selon mon expérience, sont différents et sont plutôt comme les “pêches”.
    Malheureusement, il y a beaucoup d’autre barrières sociaux en France sauf breaking the ice”, comme dans les autres payes, bien sûr. Peut-être c’est que je suis étrangère, ou c’est que je suis introvertie, mais on ne chercher pas vraiment de relations amicales avec des collègues dans l’entreprise, et notamment avec des gens de différente âge ou statut, malgré être chouchou en parlant de temps ou de politique. C’est pourquoi j’ai dit que la théorie est la juste moitié vrai. Dieux merci, la France n’est pas le Japon, on dit que les règles sociaux là sont vraiment drôle et compliques!

  • Cette théorie a du sens, mais les mêmes cultures ne peuvent pas simplement la catégoriser comme “noire et blanche”. Surtout dans le monde moderne où la culture globale devient de plus en plus acceptable. Les personnes qui travaillent dans un pays différent ou notamment les jeunes qui voyagent beaucoup créent naturellement la culture de la nouvelle communication pour laquelle tout est presque identique.

  • j’estime que ça peut être vrai, moi personellement lors d’ un voyage à Paris en 2009, j’ai eu du mal à demander à une femme la rue correcte…. je me rappelle qu’ elle m’a dit: Si vous parlez français bien, sinon je ne peux pas vous aider… donc elle a été noix de coco avec moi….. beacoup de noix e pas de coco 🙂

  • Je pense que les gens sont les memes. Si vous traitez bien les gens, ils vous traiteront generalement en response. J’ai vu les peches et les noix de coco dans la meme ville. Aux Etats-Unis, le sud est connu etre plus poli et chaleureux. J’habite dans le nord a New York. Mais J’ai vu les gens tres gentils et serviable et aussi J’ai vu les noix de coco. J’ai trouve’ que si je suis gentil, les gens sont gentils en retour.

  • Pêche ou noix de coco?

    C’était une bonne histoire.

    On parle ici de grandes généralisations, mais je crois qu’il y a des différences entre le peuple de différents pays. J’ai un ressenti que les gens de pays froids ont tendance d’être un peu noix de coco, tandis que les gens de plus chaleureux régions sont plutôt comme pêches!

    Bien sûr que les personalités individuelles sont le facteur le plus important, mais il y a aussi des autres facteurs, pour exemple classe sociale. Avec la richesse et le statut viennent parfois l’arrogance et le snobisme; dans mon expérience c’est souvent les gens pauvres qui donnent le meilleur acceuil.

    Aussi important est l’endroit où on habite. Les habitents de grandes villes sont d’habitude moins acceuillant que ceux qui vivent dans la compagne ou un petit village.

    Et enfin il y a des facteurs de genre et d’âge, parce que en général les femmes et les jeunes semblent mieux de former de relations.

    Pour moi-même, je suis un vieux homme, assez aisé, né à Londres, qui habites à l’Angleterre, un véritable pay de noix de coco, donc il n’y a pas d’espoir pour moi!

  • Il est évident que de telles classifications sont très générales. J’ai connu des gens “pêche” dans une culture “noix de coco” et vice versa… Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise stratégie universelle pour établir des relations et aborder les différences de communication interculturelles. Il s’agit de comprendre comment sont les différentes cultures et d’essayer d’adapter son propre style de communication au leur. Gardez l’esprit ouvert !

  • Les quatre pays du Royaume Uni contiennent une diversité culturelle qui est peut-être un peu cachée d’étrangers mais qui a des nuances très évidentes pour les habitants. Les anglais et les écossais ressemblent mieux au noix de coco, alors que les gallois et les nord-irlandais sont plus les pêches. C’est bien sûr un stéréotype mais il y en a un grain de vérité.

  • Je crois que c’est vrai mais, comme d’habitude, il y a des exceptions ! Nous, les dominicaines, appartenons à la communauté des pêche parce que nous sommes très chaleureux au debut. Néanmoins, c’est un pêche sans noyau car c’est très facile aussi de devenir proche. Nous sommes très hospitalier et nous traitons tout le monde comme famille.

  • Moi j’ai passé une moitié de ma vie à le côte ouest des EU (Californie) et une moitié à le côte est (Vermont), et je crois que la différence entre les deux est semblable aux noix de coco v. les pêches, mais assez subtile. Dans mes (peu) expériences en France, j’ai trouvé la plupart de Français très sympas sauf un seul agent de billetterie à l’aéroport —et j’ai eu la même expérience aux EU des temps en temps 😉

  • C’est une allégorie qui nous aide à comprendre des cultures différentes. Avec mes origines américaines, je peux dire que parfois j’ai eu envie dans un avion de parler avec mon voisin, et parfois pas. Il faut avoir un ressenti que l’échange peut être intéressant.

  • Je crois que les Allemands sont tellement noix de coco. Cependant, il y a une agréable exception, à savoir les habitants de Cologne. Quand on s’assoit à une table dans un bistro à Cologne, on a une grande opportunité d’avoir une discussion heurese et intéréssante aprés dix minutes avec des personnes totalement inconnues. Il y a seulement un inconvénient: A Cologne, les vérres a biére sont ridiculement petits.

  • Je suis d’accord que ce n’est pas seulement les gens qui ont la personnalités extraverties ou introverties, mais cela s´applique aussi aux cultures. Les États-Unis sont bien sur extravertis et la France est plus ou moins introvertie. Moi, je suis très introverti. C’est peut-être pour cela j’étudie le français 🙂

  • Comme d’habitude, Hugo a expliqué cette théorie dans une manière très raisonnable. Je pense qu’il a raison de dire qu’il existe caractéristiques culturelles qui représentent à peu près une nationalité. On doit les respecter mais, en même temps, rendre compte qu’il y a toujours les exceptions de la règle quand il s’agit les personnes individuelles.

  • Je pense que nous sommes souvent attirés par ceux qui semblent nous resembles, ceux qui semblent avoir les mêmes opinions et intérêts que nous. Je pense qu’il vaut mieux avoir des amis qui défieront nos croyances et nous forceront à regarder au-delà de ce que nous savons ou pensons savoir. Je pense c’est bien que des gens de différents endroits aient toutes ces différences – les pêches, les noix-de-coco, etc!

  • L’analogie me paraît exacte. En fait, on peut aller plus loin: la pêche a une chair douce, mais très vite on trouve un noyau dur au centre; tandis qu’un noix de coco est difficile à franchir, mais une fois fait, on ne trouve que de la douceur à l’intérieur.

  • J’ai trouvé cette théorie très utile chaque fois que nous nous sommes déménagés dans un autre pays étranger. J’ai changé de cultures 6 fois comme adulte et je me suis toujours préparée avant de partir avec des livres d’introduction. Certains d’entre eux employaient cette théorie et cela m’a donné la confiance de me débrouiller. J’attendais des différences alors j’étais jamais choquée ou dépaysée. J’avais trouvé enfin une méthode pour s’adapter vite à une nouvelle culture et d’en tirer plaisir.

  • Cette théorie est en accord avec mes impressions. Je viens de Russie et j’ai vécu aux États-Unis pendant 8 ans. Je pense qu’une “noix de coco” correspond bien à la description des russes. C’est vrai que pour beaucoup de mes compatriotes les sourires américains semblent artificiels et pas sincères.

  • Je pense que ce therorie est très interessante, mais je ne sais pas comment classer les espagnoles. Nous aimons parler quelqu’un et nous sommes extravertis, et aussi vous povez faire un vrai ami après avoir passé des temps avec nous. Alors, il faut inventer un autre fruit pour nous.

  • J’aime l’idée et je pense que la métaphore comme celle-la est utile lorsque tu voudrais expliquer comment quelqu’un appâitre à la surface. Globalment je pense que les cultures que nous avons dans nos vies vont encorager les comportements similaires. Toutefois je crois c’est toujours meiux garder l’esprit ouvert.

  • Hugo, apparemment comme toi, je suis un introverti, et pour cette raison, je ne veux pas discuter de cette théorie en ligne avec tout le monde, ni aujourd’hui, ni jamais, ni dans un avion non plus ! Comme toujours, je préfère poursuivre cette discussion avec mes amis proches. Merci beaucoup pour votre présentation, qui était de toute façon très intéressante.

  • C’est une théorie très interessante. Merci pour l’éxpliquer Hugo. Je pense qu’ici aux Pays-Bas ce n’est pas completement clair auquelle groupe nous partageons; la groupe des pèches ou la groupe des noix de coco. Peut-être les néerlandais sont une mélange de les deux?

  • Je pense que c’est vrai, par exemple les mexicans sont en majorité pêches mais au même temps, sa dependant de la ville qu’on habite parce que aussi comment les Pairisens ont une reputation de n’être pas sympa il y a des villes qui ont une réputation similaire au Mexique

  • Je trouve la théorie sur les cultures « pêches » et « noix de coco » utile pour analyzer les pays différents et comprendre leur façons de vivre. Je crois, cependant, qu’il y a des tas des cultures différent intérieur au même pays, et il n’y a pas, vraiment, une telle contraste nettement entre les cultures « pêches » et « noix de coco ». Comme Hugo disait, les français sont parfois des « pêches » et parfois des « noix de coco ». C’est égale pour les américains aussi. Et, je suis sûr, parfois comme ça pour les russes.

  • En ce qui concerne les cultures américaines, j’ai remarqué des différences après avoir déménagé à la Californie. Quand j’ai rencontré des gens dans la rue de notre quartier, tout le monde riait et parlait amicalement. Alors j’ai pensé qu’il serait facile d’avoir de bons amis. Mais rien n’est arrivé. Alors je comprends bien qu’il y a des différences culturelles même dans son pays de naissance.

  • Je pense que la théorie des pêches et des noix de coco est plutôt exacte. Et bien sûr il y a toujours des exceptions et il existe d’autre cultures qui seraient illustrées par d’autre fruits. Mais ce qui est le plus passionnant pour moi (comme un américain), c’est le noyau de la pêche. J’ai grandi près de New York où tout le monde est un peu plus comme les noix de coco que les pêches, mais j’ai habité à Chicago pendant 10 ans, et là (dans le Midwest) la culture est remplie des pêches. Et oui, tout le monde est chaleureux et doux, mais j’ai trouvé difficile de me faire des amis, parce qu’après avoir mangé la chair délicieuse, on mord dans le noyau et ça fait très mal !

  • Je pense que le moyen de communication auprès des inconnus sont définitivement différents selon la culture, mais après le rencontre et dans les étapes suivants, cela depend fortement comment définir le mot “ami” et “amitié”. Personnellement c’est toujours difficile d’être une vrai amie d’autrui, quoi que soit le pays, et le degré ne change pas. Bien qu’il ait des pays où je me sens plus comfortable que des autres, c’est juste le problème de ma personnalité et si je me sens proche de ce pays.

  • Quand j’etais professeur d’anglais pour les nouveax arrivants (sur tout les refugés) ici au Canada, mes étudiants avaient remarque ce phénomonen. Ils m’ont remarqué que les canadiennes etaient tellement chaleureuse et que c’tait même un peu choquant pour eux. Après du temps ils ont rèalisé qu’ils n’ont pas venus des vrais amis avec tous ces gens chaleureuse. Ils etaient très deçus, et un peu triste. J’ai pensais que nous sommes comme ça parce que nous sommes toujour très occupés avec la vie quotitienne. Et peut-être aussi à cause de nos hivers assez froid, ou moins ici ou j’habite les températures peuvent descendre à -40 Celsius, nous restons plus de temps à l’intérieur pendant une partie de l’année.

  • D’abord, je suis heureux d’être un étudiant des cultures et je pense que le première étape consiste à prendre conscience des théories. Je partage une opinion similaire à celle presentée dans la vidéo. Les “pêches” et “noix de coco” sont réels, à mon avis, et je l’ai remarqué au cours des mes voyages.

  • Je pense que ça dépend de chaque personne individuellement. J’ai entendu parler que les Parisiens sont froids, mais pendant plusieurs vacances en Paris j’ai trouvé qu’ils étaient serviable et obligeant.
    Même si (ou quand) on fait des erreurs de la langue du pays on visite, le fait qu’on essaye de parler une lanque étranger fait une connection immédiatement.
    J’habitais en Bretagne pendant trois ans et j’étais accueillie avec gentillesse et chaleur.

  • Je ne suis pas sure. Moi je suis ouvert (comme beaucoup d’Americains) mais quand je forme un rapport avec quelqu’un, il dure tres longtemps. Par exemple je suis en contact avec mes hotes a Paris que j’ai fais il ya 30 ans. J’ai aussi une amie francaise du lycee et nous sommes toujours en contact. Pour les francais j’ai trouvé que c’etait difficil de faire la connaisance de Parisiennes (quand j’etais la) mais ca c’est parce que c’est une grande ville comme NY. Ma hotesse francaise etait tellement chalheureuse (spelling?) du début. Mais sa mere a habité aux états unis pendent son enfance donc..

  • Je pense que c’est peut-être plus utile de savoir cette théorie que le mettre en oeuvre. C’est à dire, il faut d’être toujours prêt de rencontre quelqu’un qui n’est pas comme soi-même, mais si on croit trôp à cette théorie, on va se tromper souvent. Moi, je suis americain, mais quand j’ai entendu l’histoire du professeur russe qui avec l’americain sur l’avion, j’étais complétement d’accord avec le professeur russe. Je ne peux pas imaginer de montrer les photos de ma famille à un inconnu. Je pense que le conseil à la fin de la video est très importante: afin de vraiment connaître quelqu’un, il faut aller à sa rencontre !

  • Il y a dizaine d’années, tout le premier jour de mon école aux états-unies, j’ai été vraiment choquée quand un inconnu m’a dit bonjour avec un souri en passent dans la rue. Je viens de mongolie, mais en ce moment j’habite en suisse.
    Maintenent j’arrive à m’habituer aussi dire bonjour aux inconnues, mais parfois, il ne semble pas vraiment logique ou nécessaire de saluer si on ne fait que passer par des inconnus.

  • Les théories sont très justes, mais, comment vous avez dit, il est juste à la moitié. Il y a des tous les idividus d’une culture ne se comportent pas de la même façon, il y a de tout. Je suis espagnol et en plus je suis andalou. Où je viens, le gens normalement sommes plus sociables et plus comme la théorie pêche, alors que dans le reste du pays ils sont moins ouvert à raconter leurs histoires personnelles.

  • Salut! Je pense qu’il y a les peche et les noix de coco dans le monde. Moi, j’habite aux Pays de Galles. Ici, les gens sont charmants quand on les rencontre le premier fois. Ils veullent savoir où on s’habite, et de connaitre qui sont tes amis et ta famille, pour example. Mais, il faut beaucoup de temps de devenir des amis proche. 

  • J’habite en Australie et je pense que la théorie sur les cultures pêches et noix de coco n’applique pas d’ici. Les Australiens ont pluisiers de traits des pêches, mais ce que vous voyez, c’est ce que vous prenez. Par example, d’habitude quand on rencont quelqu’un nouveau, les Australiens manifestent la chaleur vers la personne. Ils les font accueillir, souvent les invitent au fete ou BBQ. Pour un Australien, un étrangère est juste un ami qui on n’avais pas encore rencontré. Il y a une esprit de “mateship” en Australie, qui s’explique leur attitude vers les étrangères. Pour la plupart, les australiens ont le desire de rencontrer les étrangères et autrefois une conversation a été eu, les australiens sont très contente de dire que cette personne est son ami. Contrairement aux américaines, les australiennes sont géniales et sincère avec leur amitié. Quand les australiens demande “Ça va?” à quelqu’un, ils le disent avec sincérité. En réalité, ils veulent savoir la verité. Je pense c’est ça à cause de la curiosité australiens et le sens que tous la monde qui est en Australie est dans le meme situation, donc il faut nécessaire de rester ensemble. Peut être cette attitude devient de notre l’histoire avec les immigres et les convicts.

  • Ça dépend d’où on trouve quelqu’un. J’habite à New York et beaucoup des français que j’connais sont ouverts et il est façile de les rapprocher. Je joue au foot avec eux, alors que nous déjà nous tombons bien parce que ça, mais je suis sure qu’il serait différent si j’habitais en France.

  • Je pense que c’est un sujet difficile. D’un côté, c’est quasiment impossible d’avoir un rendez-vous avec quelqu’un d’autre pays sans créer un stéréotype lié à son origin. D’autre côté, ce genre de simplification c’est contre-productif, une fois qu’il nous fait assumer beaucoup de choses sur des personnes que, en fait, nous ne savons rien.

  • Salut a tour. Je ne suis pas d’accord avec généralisations cultureles, mais je pense qu’il y a quelque validité avec cette theory. Je suis colombienne. Je crois que la mayorité de mes compatriotes sont “pechês”. Ma ça depend de la region du pays. En general, les gents de la region de la mer Caraibe sont beaucoup plus pêches qui les gens de l’interior du pays. Les canadiennes, j’habite a Toronto, a mon avis sont un melange entre les deux:les pêches te le noix coco. Je suis d’accord avec Hugo, pour savoir plus avec les gents de un pays I’l faut que nous faisons la rancontre. Pardon pour mes erreurs!

  • J’adore les different theories de les cultures. Mais je suis vraiment d’accord avec toi, les généralités sont dangereuses. En Espagne on a la culture plus pêche au sud do pays et la culture plus noix de coco au nord – peut-être parce que c’est à côte de France hahaha!

  • C’est interessante cette théorie, je ne l’avais pas entendu avant. Je crois que la théorie nous peut donner une idée genérale sur les différentes cultures du monde mais il y a aussi une risque de simplifier a l’excès. Chaque stéréotype c’est plus comme une reflexion de la majorité d’une ou autre groupe sociale, donc on doit être conscient qu’on peut pas le croire cent pour cent.

  • À mon avis ça existe les culture pêches et noix de coco.J’ai eu l’expérience avec les gens qui semblent distants et froids dans au début de l’interaction et après quelques échanges amicaux, ils peuvent être ouvrir quand la longueur d’onde correspond. Mais avec quelqu’und ‘autre c’est pas possible, pas du tout. Ça c’est leur comportement naturelle. C’est pas grave. Comme les cinq doigts de la main. Chacun est different, c’est normal.

  • Je suis d’accorde avec cette théorie. La culture d’est on vient est complètement formateur pour son comportement avec les autres, surtout les inconnus. Bien sûr, la personnalité de chaque personne est différente et unique, mais en large où on grandi joue un grand rôle dans l’interactions avec les autres.

  • Je trouve que c’est une théorie interessante mais comme les autres ont dit dans le monde maintenant je pense qu’on peut plus géneraliser et certainement avec les français que je rencontre il y a des pêches et des noix de coco, et aussi des mélanges des deux.

  • Je suis brésilien, donc je pense que notre culture c’est plus de caracteristique “pêches”. Mais il ya, surement, les diferences regionales dans les lieu de Brésil. C’es a dire que a São Paulo, par exemple, les gens sont plus “noix de coco”. Par contre, a Rio de Janeiro les personnes sont como la théorie sur culture “pêches”.

  • Je pense que cette théorie n’est pas très actuelle à ce moment parce que le monde devient de plus en plus global, donc je crois qu’il y a plus de cultures mélanges que de cultures pures, qui ont des caractéristiques des cultures “pêches” et des cultures “noix de coco”.

  • Je pense que c’est difficile de généraliser aux gens d’un pays entier, quand il existe des différences régionales et personnels. Par exemple, je constate une différence entre le comportement des gens dans la grande ville où j’habite est ceux du village où habite mes parents – une distance de 1.5 heures en voiture. Ces derniers semblent d’être plus chaleureux et plus prêts à avoir une conversation.  Ayant dit ça, certains inconnus ici, en ville, sont très vite de partager leur histoire personnelle sans invitation et sans s’intéresser à la mienne. 

  • Parce que j`habitais au Québec, mon opinion est influencée par les gens là-bas. J’ai trouvé que les Franco-Canadien(ne)s étaient trés chaleureux, et trés gentils–en general. Donc, je croix que les Franco-Canadien(ne) ont une culture << pêche >>

  • Je pense que c’est vrai mais c’est aussi difficile de généraliser. Je suis en France depuis trois mois et je pense que c’est très difficile de se sentir à l’aise si tu vien pour exemple de l’Italie. C’est une facon totalement different et les temps sont très longues pour devenir amie à qualcun.

  • C’est difficile de généraliser. Je pense que les australiens sont entre les deux. Nous sourions toujours à les inconnus que nous rencontrons, ou ce serai considéré impoli, et nous voulons que l’autre se sente à l’aise. Mais àpres ça, la conversation sera assez impersonnelle et courte à moins de trouver quelque chose en commun.

  • Je suis américaine, et j’habite en la sud. Oui, notre culture est comme les pêches.
    Je pense qu’on discute les choses qui sont faciles à voir comme nos enfants ou notre travail … les choses physiques, mais à l’intérieur de la pêche il y a une pierre, la graine de la pêche, qui est plus difficile d’accès qu’une noix de coco.

  • Certain il y’a des differences culturels mais aussi il’y a des grandes differences personnelles. En Angleterre je pense que la société est devenu plus peche pendant les 30 années dernières, mais sans doute on peut trouver encore des noix de coco en Bretagne.

  • Je pense que cet theorie est tres accurate! J’ai vis aux Etats-Unis depuis 4 ans, et j’ai troves que c’etait tres difficile pour etre vrai amis avec eux! Par contre, les Francais sont un peu trop cool lors de la premiere recontrer, mais apres c’est possible que nous devenions de vrais amis.

  • Je suis un Australien vivant en France (en Normandie) et j’ai constaté que c’était le cas. Les Français ne me poseraient jamais de questions personnelles lors de notre première rencontre. Pour moi, poser des questions personnelles est poli, mais pour eux, c’est impoli. 

  • Hugo/Anna, j’ai une question de cette expression: “… c’est d’aller à SA rencontre.” C’est la dernière phrase dans la transcription. Je comprends bien le sens, mais pas l’utilization de “sa rencontre” — ” (and that is) to go to its meeting” ? Pourquoi “sa” et pas “la” rencontre? D’avance merci!

    • Ici, «rencontre» ne se traduit pas par «meeting». En fait, «aller à la rencontre de quelqu’un» est une expression qui signifie «to go and meet sb.», autrement dit «faire l’effort de rencontrer une personne». Par exemple, on dit :

      Je vais à la rencontre de cette femme.
      = Je vais à sa rencontre.

      Cet homme s’approche de moi.
      Cet homme vient à ma rencontre.

  • Je suis d’accord avec cette théorie. Il y a aussi dans le même pays des différents degrés de la chaleur ou réserve des habitants. Quand j’ai vecu en Allemagne, j’étais surprise que ça prenait presque un ans quand les habitants dans mon village m’ont accepté et m’invité chez eux. C’était un peu décevant, parce que je voulais passer plus de temps avec eux toute la durée de mon séjour. Mais malgré leur hesitation, je reste toujours en contact avec deux familles qui m’ont accepté comme un membre de la famille.

  • Moi j’aime bien cette métaphore. Je suis américaine et j’ai vécu au Mexique pendant 5 ans avec mon ex-mari mexicain. J’ai beaucoup de connus là-bas et je suis en contact avec la famille de mon ex-mari, mais je n’ai pas beaucoup de vrais amis de cette époque de ma vie. Honnêtement, la seule personne que je me sens à l’aise c’est une amie française que j’ai connu dans le boulot au Mexique. Nous avons vécu des moments inoubliables en mangeant les fruits de mer ensemble– c’était le vrai bonheur. De l’autre côté, je n’ai pas de très bonnes amies mexicaines sauf dans la famille de mon ex-mari. Mon histoire est peut-être un bon exemple de la théorie des noix de coco. Mon amie française est une noix de coco et la majorité des mexicains sont des péchés. En réalité, je crois que mon histoire est à moitié vraie car j’ai passé la majorité de mon temps avec mon ex-marie, ses amis, et sa famille au lieu de me faire mes propres amis.

  • Je pense que c’est vrai, et je suis d’accord. Mais peut-être qu’il y a besoin des plusieurs des fruits pour décrire toutes les cultures ou les façons de s’approcher à quelqu’un, selon tes origines culturelles. Seulment deux fruits, c’est un peu comme sous-estimer le nombre des cultures.

  • En fait, j’aime bien cette métaphore de fruits. Je pense qu’on a certaines tendances à se comporter d’une façon ou d’une autre en fonction de notre culture. D’ailleurs, les Français que j’ai rencontré à Paris, ils étaient très sympa et obligeants.

  • Dans cette période difficile de distance sociale, des masques, confinement, déconfinement, reconfinnement et couvre-feu, je pense que nous sommes tous devenus des “noix de coco”. Notre comportement a changé les derniers mois à cause de la covid. Espérons que les “pêches” sont restés les “pêches” dans l’intérieur et que le retour à la vie normal sera pour 2021!

  • Je trouve cette théorie convaincante, mais je pense qu’il y a des différences importantes dans les cultures «noix de coco» aussi. Notamment, l’épaisseur de la «coque du noix de coco» varie d’une culture à l’autre.

    En France, la «coque» est très épaisse. C’est-à-dire, c’est assez difficile de commencer un rapport avec le français. Par contre, en Israel c’est plus facile. La première conversation avec un israélien no serait pas trop personnelle, comme dans les cultures «pêche», mais on ne serait trop froid et distant non plus.

    La culture israélienne, à mon avis, appartient à la catégorie de «noix de coco» parce-que après le début, on peut se sentir très proche assez vite.

  • C’est une expression intéressante.
    J’ai fais connaissance à la femme de mon Prof de Golf. Elle est Russe, habite et vie en France. Sans grande réflexion j’ai essayé de causer et naturellement j’ai posé des questions. Si j’avais su la théorie des noix de coco?!

    Malgré tout, les Suisses sont aussi plutôt des noix de coco 🙂

  • J’adore des idées nouvelles et cette théorie « pêche/noix de coco » est très intéressant.
    J’ai rencontré des gens comme l’américain dans l’observation de Erin Meyer. Ils sont chaleureux mais ils peuvent être superficiels, malgré parler de choses très personnelles.
    Je trouve le type « noix de coco » d’être un peu difficile au début, mais comme les autres personnes ci-dessus je trouve qu’ils deviennent de bons amis!!

    Merci à toi Hugo pour le cours qui est stimulant, passionnant et très satisfaisant!!

  • Je pense que les Anglais sont plus noix de coco que peche, parce qu’ils sont plus reservés quand on rencontre quelqu’un pour la premiere fois. Bien sur ils sont plus reservés que les Americains que j’ai rencontré. Mais je pense que les Anglais sont moins reservés qu’autrefois, parce que la société a devenu plus informelle depuis les années soixante.
    Les Francais que j’ai rencontré au Sud-Ouest de la France semblent similaires a nous – ils sont polis et sympas mais on ne fait pas des amis facilement, mais c’est a cause de ne pas pouvoir parler la langue tres bien. Au contraire, nous avons fait des amis parmi les ‘ex-pats’ la-bas – de l’Angleterre mais aussi de Vancouver, et je crois que c’est parce que nous sommes tous loin de notre propre pays et on se sent une connection.

  • En Australie ca depend. A Narrabeen ou j’habite tout le monde dit “Bonjour” et il sourient quand vous les recontrez, que vous les connaissez ou non. Mais dans la ville ce n’est pas le cas. Les gens gardent les yeux baisses et ils ne sourient pas.

  • Je pens que il est impensable d’attribuer “pêche” ou “noix de coco” à un pays entier. En Italie, les habitudes en matière de relations personnelles sont très différentes d’une région à l’autre et même d’une ville à l’autre.
    Je ne suis pas d’accord avec la généralisation selon laquelle les personnes “pêche” ne créent pas d’amitiés durables, par exemple dans le sud de l’Italie

  • C’est une théorie qu’on peut utiliser. Même si c’est général, les couturiers et les pays sont souvent des causes de comportement. Mais grâce à votre leçon, nous savons aussi que “tous les individus d’une culturene se comportent pas de la même façon.”
    (Aussi, j’ai appris un nouveau mot: comportent!)

  • ….mon niveau en française est A1 et j’espère que vous me comprenez…:)

    Je suis allemand, né á Weimar en RDA (Allemagne de l’est) et déménagé á Cologne (Allemagne de l’ouest) á l’âge de 13 ans, 1989. Donc je connais bien les deux cultures en Allemagne, et leurs différences dureront des générations…et plus. Mais ces différences ont été créées par les systèmes politiques et la vie dedans.
    Ici, en Rhénanie, il y a toujours eu un échange culturel, que ce soit à cause des Romains ou des Française. Ici, il y a un dialecte qui a adopté de nombreux mots française. Tu peux sentir l’influence de pays du sud.
    Mais bien sûr, chaque personne est differente.
    Je pense qui etait un étranger ou un personne inconnue est ouvert aux étrangers, parce qu’il connaît la situation. Ça change l’horizon.
    Ça s’écarte un peu du sujet mais souvent une chose en àmene une autre.

    Puhhh.. j’espére que c’etait français!!! :-))

  • Je trouve cette théorie un peu simple. À mon avis, c’est rare que tu trouves une vraie pêche ou une vraie noix de coco. La plupart d’entre nous sont quelque part entre les deux.

    Personnellement, en vieillissant, je ressemble plus à un pruneau sec!

  • Je pens que est une bonne theorie. La culture est tres importante pour les habitudes et comportement des les personne.
    Je suis né en Italie et les gents etre generalment tres amical.
    Je vis en Angleterre depuis 2012 et j’ai remarqué la grande différence de culture. Les Anglais, surtout dans le sud, sont très réservés, même si par exemple à Londres il y a beaucoup de gens de nationalités différentes et cela crée un mélange de cultures.

  • Je suis australien et je pense que les Australiens sont plus des pêches que des noix de coco. Mais je pense que cela est en grande partie lié à la personnalité.
    Les Australiens ont la réputation d’être détendus. J’ai beaucoup voyagé et je pense que c’est vrai par rapport aux pays européens et à l’Amérique du Nord. Mais j’ai aussi vécu un an au Vanuatu où la population est très très détendue. Donc je pense que tout est comparatif.

  • je trouve que cette theorie est vrai. j´habite à Hambourg et les gens ici sont très reticent, mais dans l’ouest d’Allemagne, les gens sont un peu plus détendu. Pourtant on ne devriat pas oublier que chaque personne est differente et aussi c’est quelque different que on habite dans le ville ou à la compagne. Genéralement dans le ville on a moins de temps de rencontrer que á la compagne

    À mon avis, quand on a des enfants, c’est toujours plus facile de rencontrer les autres gens dans un nouveau pays.

  • Je pense que la théorie est très intéressante. Je suis d’accord que les américains sont plus facile à connaître que les français. Aux États-Unis, si vous déménagez dans un quartier, tout le monde viennent de vous rencontrer et tout le monde est très chaleureux. Je ne pense pas que ce soit « fake », mais accueillant. À Paris, personne dans notre appartement ne parlait avec nous pendant plus de six mois. Après sept mois, j’ai rencontré une voisine. Mais je ne pense pas que les parisiens ne soient pas sympa, mais peut etre ils ne sont pas chaleureux. Je pense que la plupart de personnes ne reconnaissent pas la différence entre les deux. Dans l’histoire de l’homme russe, je pense que l’homme américain aimerait beaucoup être amis, mais il ne voulait pas sembler trop fort. Les américains sont très chaleureux, mais ils s’attendent que l’autre personne fasse aussi un effort.

  • Je trouve cette théorie tres interessante, et même si je n’aime pas les généralisations, je crois que la culture du pays où l’on grandit influence grandement la façon dont il se rapporte aux autres.
    L’utilisation de la pêche et de la noix de coco comme symboles de ces deux manières différentes de se rapporter aux inconnues est très efficace, rend le concept clair et aide à le mémoriser.
    Moi, je suis italien, et je pense que dans mon pays il y a à la fois des pêches et des noix de coco.
    Bien sûr, chaque personne a son propre caractère, mais généralement dans le sud, les gens sont plus ouverts et accueillants envers les étrangers, tandis que dans le nord, ils sont plus réservés.
    De plus, j’ai l’impression qu’avec le temps, les gens deviennent de plus en plus fermés et réservés. L’attitude des Italiens envers les inconnus ressemble de plus en plus à la culture des pays du nord de l’Europe.
    Concernant les différences entre le nord et le sud, j’ajoute une chose intéressante. En Italie, une version du film “Chez les ch’tis” a été réalisée, qui s’appelle “Benvenuti al sud” (“Bienvenue dans le sud”). Tout comme le film français original, c’est un film très divertissant qui a eu un énorme succès car il joue avec sympathie sur les stéréotypes concernant les différences culturelles entre le nord et le sud.
    Le succès de ce film a été si grand qu’un deuxième a été réalisé: “Bienvenue dans le nord”.

  • Je pense que la théorie c’est un peu simple, mais utile. Comme Hugo a dit, il y a des differences au cause de personnalité, la ville ou on a grandi, etc. Mais quand on rencontre quelqu’un pour la première fois qui vient d’un autre culture, c’est utile de savoir comment aborder la personne.

  • C’est tellement intéressant. Je suis une Américaine vivant en Angleterre depuis les années soixante-dix. Bien que n’étant pas extravertie, j’ai souffert d’un choc culturel pendant de nombreuses années car je cherchais les Anglais pour être polis mais pas particulièrement amicaux (dans le sud). Maintenant que j’y pense, j’ai fermé un peu comme une noix de coco. Au début des années 2000, je suis retourné aux États-Unis avec mon mari anglais pendant 8 ans (qui voulait voir le pays des cow-boys, des parcs nationaux et du rock and roll) et j’ai découvert que je ne m’y intégrais plus! J’étais trop réservé. J’ai trouvé mon créneau ici au Royaume-Uni et mon mari calme après 8 ans aux États-Unis parle maintenant à des étrangers tout le temps!

  • Je comprends maitenant pourquoi je suis presque toujour froid it distant vis-a-vis de nouvelles personnes au travail 🙂 Car je suis Russe (mais j’habite en Angleterre)!
    Je suis d’accord avec cette théorie parce qu’elle confirm mes propre observations and penses.

  • Je ne suis pas à 100% d’accord avec cette théorie, mais, à mon avis, si toute le monde dans votre pays partage des photos de sa famille lors de la première rencontre: c’est normale de commencer à le faire et à considérer cella comme quelque chose de normale.

  • Cette métaphore me plaît. Mais les Français que je connais sont plus “pêche”, moins “noix de coco.” C’est peut-être parce que nous les connaissons parce que nous avons un lien d’entreprise avec eux. Ou peut-être parce qu’ils n’habitent pas à Paris, donc au sud. Quand même, ils sont tous très sympa et ouverte.

  • Je pense que cette théorie est en grande partie correcte, mais il y a toujours des exceptions. L’année dernière, mon mari cherchait des documents familiaux dans de petits villages du nord-est de la France, ce qui n’était pas facile. Cependant, de nombreuses personnes nous ont énormément aidés. Ils étaient très amicaux et ont passé des appels en notre nom.

  • Je pense que c’est utile d’avoir une théorie comme la théorie sur les cultures «pêches» et «noix de coco». Une théorie peut aider comprendre des autres gens.

    Souvent on veut que tout le monde se comporte la façon dont je me comporte, ça serait plus facile. Mais quand une personne fait quelque chose différemment, la personne est bizarre. Et je pense que c’est la même chose quand on voyage et quand on apprende à connaitre une nouvelle culture. Tout à coup les gens se comportent totalement différemment. Et dans ces situations c’est très utile, si on sait une théorie qui peut expliquer ça différence.

    Mais à la fois, il faut de traiter les théories avec précaution. C’est facile de dire que touts les Français sont comme ça ou touts les Américaines sont comme ça. C’est dangereux de faire des généralisations. Il y a toujours des exceptions.

    Je suis allemande et les Allemands sont plutôt les noix de coco. Nous pouvons sembler très sèchement mais quand on nous a craqué, nous pouvons être les meilleurs amis. Mais bien sûr, il y a beaucoup de pêches allemandes 🙂

  • J’ai habité dans trois différentes places du monde. En Asie (Indonésie), aux Etats-Unis et aux Pays-Bas. Les cultures des ces places sont complètement différentes. C’est impossible de dire qu’ un est meilleur ou pire que les autres. Je simplement adore les interactions et parce que je suis telle introvertie, mon attitude est de suivre les gens locaux, leurs habitudes incluses.

  • Beaucoup d’Americains dans ces commentaires critiquent soi- mêmes. C’est un trait attrayant . J’apprecie leurs sourires et leur ouverture quand je visite les Etats-Unis.
    Généralement peut-être les gens y sont plus mobiles que les gens en Europe. Ils déménagent pour des emplois et l’education au troisième niveau. Peut-être cela encourages comportement ‘peach’.

    J’ai trouve les Français chaleureux et sympathiques. On a l’impression qu’il y a une bonne façon de faire les choses et ça les fait plus résérves mais pas froid.

  • Il faut dire: ça dépend. Bref, toutes les situations sont nuancées. Alors, je suggère, que les rencontres sont un peu comme la cuisine. Par exemple, les américains sont habitués à la préparation et la consommation vite, mais en certains pays comme la France, ce rituel est en forme d’une célébration, même tous les jours. Chez la cuisine, Il y a des aspects d’une action religieuse dans la culture française; pour beaucoup des autres ça, ce n’est qu’une activité quotidien.

  • Pour moi, c’est une question de sécurité. Je trouve que c’est facile d’avoir une relation facile et naturelle quand on est dans un environnement dans lequel on se sent en sécurité. Normalement, c’est dans une situation structurée ou protégé, ou quand on a besoin de travailler ensemble. C’est pourquoi mes meilleurs amis viennent de mes anciens écoles…
    Tous les deux (les noix de coco et les pêches) doivent présenter une line de défense, a un moment donné. Mais pour moi les noix de coco se terminent avec une relation authentique et profonde, donc, je prefererais d’etre une noix de coco et pas une pêche ! Je suis très introverti !

  • Je suis d’accord avec cette théorie. Cela me rappelle quelque chose sur les coréen-americains. C’est à dire, les coréens disent que ceux qui sont nés et ont grandi en Amerique, ils sont comme banana. Ils sont l’air jaunes de l’extérieur (asiatiques) mais blancs de l’intérieur.

  • Je suis d’accord avec l’idée qu’il y a tous les deux, la pêche et la “noix de coco” dans chaque pays. En Angleterre, les deux caractères existent au même temps: on dit que les gens de Londres ne parlent jamais avec les inconnus, tandis que les gens de Newcastle (au nord) parlent souvent avec les inconnus et les étrangers. Mais au nord, c’est quelquefois difficile à vraiment connaître les gens de la région si on a y déménagé.

  • Je suis d’accord avec cette théorie. Aux États-Unis c’est vrai que nous sommes pêches, plus que noix de coco. Evidement cette analogie change selon le lieu (la région, la ville) mais je trouve que c’est un peu difficile faire des vraies amitiés après un certain âge, ça veux dire, après l’université. Pourtant, j’aime aussi la description de lequel tous les gens sont comme des oignons. Dans chaque culture, il existe des differentes personnes avec personalités distinctes. .

  • Je pense que les gens sont, en général, comme des oignons: on trouve une couche, et on pense, ah, c’est tout. Et puis, on regarde un peu plus profondément, et il y a une autre couche. Et on regarde un peu plus profondément encore, et … on trouve une autre couche. Et au centre, il y a rien du tout. C’est un grand mystère.

    Et, bien sûr, si on fait ça longtemps, on fond en larmes.

  • À l’époque je pense Londres (où j’habite) a les gens ‘noix de coco’. Les britanniques sont un peu froid par opposition de les autres européens. Mais maintenant il a changé. Il y a beaucoup de personnes qui vient d’étranger à Londres et le culture à évoluée. A mon avis c’est beaucoup mieux. Je suis heureux de parler que maintenant nous somme plus comme la pèche.

  • salut,

    les examples des cultures qui sont differente, de très froid à très chaud, sont très interessante et très vrai en mon avis.
    j’habite en Suisse et beaucoup de gens disent que ils sont très froid, mais quand on vient les connaitre, ils sont très chaud et toujours pretent a aider les autres, et genuine.
    j’aime le comparison de fruites…mais je pense il y a beaucoup de fruites pour les differentes cultures….j’evite à dire quie…🤣

  • Ce n’est pas la 1e fois que j’entends cette idée des cultures de la pêche et de la noix de coco mais grâce à cette leçon de Hugo, je mieux comprends la différence culturelle, en général, entre les français et les états-unis. Je suis d’accord que ça dépend de chaque personne, chaque caratère que cette différence est profonde ou légère. Je suis vietnamienne et mon mari est français. Je trouve que je m’adapte bien avec sa famille dans laquelle tout le monde parle français seulement. Peut-être ma culture vietnamienne est proche de la sienne concernant les valeurs de la famille et de l’amitié, ou peut-être simplement mon caractère va bien dans la culture française. Par contre, je connais beaucoup d’autre vietnamiennes qui ne peuvent pas s’intégrer bien en France et pensent toujours que les français sont très froids et désagréables. Pour moi, mon mari et sa famille sont à moitié de la pêche et à moitié de la noix de coco.

  • Cette idée m’amène à penser que je suis un peu plus comme un pèche que je voudrais…
    Je parle toujours avec les inconnus sur des sujets très personnelles, et je ne sais pas vraiment pour quoi. Mais je n’étais pas toujours comme ça. C’est quelque chose qui développait depuis plusieurs années, que j’ai appris des amis et des autres personnes que j’ai rencontré dans ma vie.

  • Bonjour Hugo et Anna.
    Merci pour les merveilleux podcasts et m’aider tellement avec mon français!
    Depuis mes premiers jours en France jusqu’a maintenant, j’ai trouvé tous les pesonnes que j’ai rencontré a été sympa.
    Bien que j’habite au nord de La Vienne (pas si loin de la famille d’Hugo!) j’ai rencontré des gens de partout en France. Et j’ai trouvé que tout le monde était très agréable. Même si une personne a un peu froid au début, on se réchauffe vite!! 🙂 🙂
    Félicitations à Hugo pour votre modèle linguistique et commercial superbe.
    J’espère que je n’ai pas fait trop d’erreurs?
    À bientôt.
    Jane

    • Ça nous fait chaud au cœur, merci Jane ! On est ravis de t’avoir aidée à progresser.

      Ton message est très bien écrit, mais je me permets de faire quelques corrections pour t’aider :

      Merci pour les merveilleux podcasts et de m’aider tellement avec mon français!
      J’ai trouvé toutes les personnes que j’ai rencontrées très sympas.
      J’ai rencontré des gens de partout de la France.
      Même si une personne est un peu froide au début, on se réchauffe vite!

  • Je pense que la théorie des cultures «pêche» et «noix de coco» nous donne un cadre et un vocabulaire pour parler des différences culturelles. Ce n’est pas une analogie parfaite (comme le dit Hugo, il y a aussi des différences de personnalité régionales et individuelles dans une culture) mais c’est un bon endroit pour entamer un dialogue.

  • Je trouve que les gens qui viennent de pays latin sont plus chaleureux que les gens d’ailleurs. Mais quand même ce dépend.Il y a des gens qui sont timides et il y a des gens qui sont plus ouverts. Pour moi, c’est dépendant de le situation. Si, je suis dans un marché en France, je trouve que c’est facile de parler avec des vendeurs. Mais comme je suis américaine, c’est facile de faire le “small talk.”

  • Cette théorie fait une grande généralisation, mais c’est vrai qu’il y a des sociétés qui sont un peu comme une pêche où de noix coco. Je viens d’angleterre et évidemment nous somme des noix de cocos. Normalement on ne parlons pas avec les gens inconnus sur le train, l’avion etc. C’est différent dans les endroit pour socialiser comme le pub mais quand même normalement on parle avec nos amis. Aussi, il y a un différence entre le nord et le sud, le gens qui viens de le nord sont un peu plus ouvert et ‘warm’ et j’aime ça aussi quand même je suis un ‘lond